10 La révolution consumériste

La satisfaction actuelle des Millennials envers les magasins ne semble pas pour autant être comprise comme un satisfecit synonyme d’immobilité.

Tout va changer

Lorsqu’ils se projettent dans 10 ans, 72 % d’entre eux pensent que les magasins auront fortement évolué. Cette opinion est partout partagée, les différences entre les pays n’étant pas très sensibles. Cette génération est née avec le mouvement, les ruptures technologiques qui se succèdent, l’obsolescence comme ligne d’horizon, l’évolution permanente comme philosophie. Les magasins ne pouvaient échapper à cette perspective de bouleversement.

 

 

Et selon les Millennials, tout ou presque sera concerné par ce bouleversement. Paiement (72 %), livraison (61 %), publicité (61 %), services proposés (59 %), conseil (59 %), présentation produits (57 %), expérience shopping (57 %)… le magasin dans son ensemble connaîtra une révolution copernicienne qui le fera changer de dimension et de nature. De tous les Millennials européens, les Suédois et les Roumains sont les plus enclins à imaginer dans 10 ans des magasins qui se seront profondément transformés. Pour les Tchèques et les Belges, les bouleversements ne seront pas aussi conséquents. Les Français adoptent, quant à eux, une position intermédiaire.

 

 

Le futur à portée d’achat

Se projetant dans un futur où le digital aurait vampirisé un peu plus nos vies, les Millennials imaginent de pouvoir faire leurs courses en réalité virtuelle, comme s’ils se trouvaient à l’intérieur des magasins (64 %).

 

 

Les équipements de la maison se chargeront de passer leurs commandes à leur place (64 %). Parfaitement identifiés, ils recevront des offres ultra personnalisées, des conseils dédiés et des offres promotionnelles sur-mesure (60 %). Et grâce à leurs imprimantes 3D, ils pourront tranquillement fabriquer chez eux les produits qu’ils auront choisis (64 %). Les Espagnols sont les plus enthousiastes à envisager ce futur alors que les Tchèques ont encore du mal à s’y projeter. Les Français s’inscrivent une fois encore dans la juste moyenne.