GettyImages-596783195_V2

08 Des seniors socialement actifs

Connectés au monde

Les premières générations « technophiles » arrivent désormais à la retraite. Celles qui ont utilisé les outils numériques dans le cadre professionnel et qui sont souvent multi-équipées. Conquis par Internet, les seniors y ont recours au sens le plus large. Très bien équipés, ils privilégient les ordinateurs fixes aux technologies « portatives » (tablette, smartphone, ordinateur portable). Ils se connectent à Internet à toute heure, voire même plus souvent que les jeunes le soir et la nuit.

Des seniors 2.0

Les seniors ont développé sur la toile un intérêt particulier pour les sujets liés à la santé et à la beauté. Ils affichent aussi un goût prononcé pour les jeux en ligne. Fiers de leur autonomie numérique, ils sont de plus en plus demandeurs de services digitalisés pour gérer leur mobilité ou leur santé.

En France, plus d’un sexagénaire sur quatre est membre d’un réseau social, deux fois plus qu’il y a cinq ans. La pénétration des réseaux sociaux est également très élevée au Portugal et en Hongrie.

La TV fait de la résistance

Internet n’a pas pour autant supplanté la télévision, medium historique des seniors. Elle procure des temps de repos, apporte des moments d’évasion, s’impose pour s’informer, voire permet de trouver le sommeil. En combinant le temps passé sur Internet et devant leur télévision, les seniors passent 27 h par semaine devant leurs écrans, soit plus d’une journée complète. C’est surtout 20 % de temps en plus que leurs cadets.

Le Nord en pôle numérique

Au plan géographique, certains pays démontrent un tropisme numérique éclatant. Les champions européens du numérique chez les seniors sont britanniques, avec près de 16 heures sur Internet et plus de 18 heures devant leur télévision, soit une « vie numérique » de plus de 34 heures hebdomadaires cumulées. Français et Belges (environ 30 heures cumulées, dont 14 heures sur Internet) leur emboîtent le pas.

Une sociabilité relative mais ouverte

Les seniors disposent a priori de plus de temps libre que les 35-49 ans. Ils le consacrent davantage à Internet qu’à des activités extérieures régulières. Ainsi, 37 % des seniors européens voient leurs amis au moins une fois par semaine, contre 52 % des moins de 35 ans.

Un senior sur deux fait du sport au moins une fois par mois. C’est en Espagne, en France et en Italie que le taux de pratique sportive mensuelle est le plus élevé. Il avoisine 60 %, soit deux fois plus qu’en Hongrie ou qu’au Royaume-Uni, lanternes rouges des pays de l’Observatoire Cetelem en ce domaine.

Une France très associative

Près de 30 % des seniors participent à la vie associative au moins une fois par mois. Pour autant, cette proportion est similaire au taux de mobilisation associative des moins de 50 ans. Le manque d’informations ou d’offre associative adéquate à proximité du domicile, tout comme la crainte d’avoir à assumer des dépenses inhérentes à l’engagement associatif (transport, adhésion…) limitent leur investissement. Un pays fait néanmoins exception, la France, qui réunit plus d’un million d’associations. L’équilibre de son tissu associatif repose largement sur l’engagement des seniors dans les postes de gestion, d’administration ou d’animation des structures bénévoles. C’est la seule nation de l’Observatoire Cetelem où la part des seniors impliqués au moins une fois par mois au sein d’une association est bien supérieure à celle des non-seniors.