GettyImages-596783195_V2

09 Une envie d’évasion

Des aînés relativement moins curieux

Près d’un tiers des seniors européens se rend au cinéma, au théâtre ou au musée au moins une fois par mois. Les Italiens tiennent le haut de l’affiche avec 51 %, suivis des Français (40 %) et des Espagnols (38 %). À l’opposé, Tchèques, Allemands, Slovaques et surtout Hongrois délaissent les plaisirs de l’esprit (entre 20 et 26 %).

Une fois encore, la France fait exception. Les taux de fréquentation culturelle des moins de 50 ans et des 50-75 ans sont similaires. Les plus jeunes se situent plutôt sous la moyenne européenne, alors que les aînés sont au-dessus.

Des voyages, encore ou enfin !

Le tourisme a le vent en poupe chez les seniors qui profitent de ces années « silver » pour partir en vacances ou en week-end. 40 % sont ainsi partis au moins trois fois au cours des 12 derniers mois, soit 4 points de plus que leurs cadets. Les dépenses touristiques des plus de 65 ans ont augmenté de plus de 30 % entre 2006 et 2011 en Europe, plus que pour toute autre population. Concrétiser leurs rêves ou leur soif de voyages, découvrir de nouveaux plaisirs, autant de raisons qui poussent les seniors à prendre le large.

Le frein financier des départs

Un quart des seniors déclare avoir l’intention de partir plus souvent en vacances au cours des trois prochaines années. Un autre quart affiche l’intention de moins partir. La moitié restante envisage de maintenir sa fréquence de déplacement. Ceux qui devront renoncer au départ mettent systématiquement en avant des motifs financiers (80 % des cas). Très loin derrière, les problèmes de santé sont la seconde raison invoquée (18 %).

Pour les moins de 50 ans, les motifs financiers constituent le premier motif de réduction des séjours de vacances ou des week-ends.

Confort à l’hôtel ou chez des proches

Concernant leurs lieux de villégiature, les seniors ont des habitudes proches des plus jeunes. 60 % d’entre eux privilégient l’hôtel où ils ont effectué au moins un séjour au cours des deux dernières années. Ils y apprécient notamment les services de restauration. Soucieux de leur confort, ils sont très attentifs à la propreté, au confort de la chambre comme à la qualité de l’accueil.

Le séjour chez les proches (familles ou amis) est apprécié et régulier pour près d’un senior sur deux en France et en Europe de l’Est. C’est même le premier type d’hébergement de vacances en Hongrie, en Pologne, en Roumanie et en Slovaquie.

Des modes de résidence secondaires

Les seniors français se distinguent par leur appétence pour le camping. 17 % y ont en effet posé leurs valises au cours des deux dernières années, soit le double de la moyenne européenne. Les Italiens ont préféré les gîtes et les chambres d’hôtes, les Portugais leur résidence secondaire.

Le partage d’appartement ou de maison, Airbnb en tête, a le vent en poupe, mais reste encore confidentiel chez les seniors. Seulement 5 % y ont goûté contre le double pour les moins de 50 ans au cours des deux dernières années.