Skip to content

En devenant plus festifs, les mouvements militants séduisent de nouvelles populations et contribuent à faire émerger de nouveaux imaginaires.

Vu à Paris, à Londres et à New York

À Paris, le mouvement Zéro Déchet (rebaptisé No Waste…) s’installe progressivement dans les esprits et dans le paysage. Outre l’ouverture de la boutique du Zéro déchet (cf. l’Oeil de septembre) et la désormais traditionnelle journée du 16 octobre dédiée à cette cause, place aux initiatives festives comme l’installation sur la nouvelle friche parisienne, Le Génie d’Alex (située sous le Pont Alexandre III), du « restaurant squatteur » Freegan Pony qui ne cuisine qu’à partir d’invendus de Rungis. À Londres et New York, le mouvement wastED regroupe des chefs associés à des fermiers, des pêcheurs, des distributeurs et designers qui, ensemble, imaginent des expériences éphémères culinaires (et même des cocktails) réalisées à partir de déchets.

 

Qu’en penser ?

Au départ marginal et assez peu glamour (faire les poubelles pour repérer ce que l’on pourrait y récupérer de comestible…), le mouvement Zéro Déchet ne cesse de grandir et de se réinventer pour toucher des populations moins activistes et plus hédonistes. Le voilà ainsi aujourd’hui associé à des moments branchés et ajouté à la liste des activités DIY – Do It Yourself  – «hype» du moment, entre tricot, crochet et culture en mini-serres. La transformation ne s’est pas faite en un jour. Par un changement de nom tout d’abord, qui passe inévitablement par la quête de consonances anglo-saxonnes, pour permettre au mouvement d’acquérir plus de modernité et d’attractivité. Et par le type d’actions proposées, ensuite, moins solitaires et davantage associées à de grands moments de partage, souvent aussi festifs que confidentiels, mais parfaitement profilés pour venir nourrir le buzz sur les réseaux sociaux et propager la désirabilité. La bonne conscience n’est pas le seul moteur des actions en faveur de l’environnement. Le sentiment d’appartenir à un collectif avec son vocabulaire et ses rites peut être tout autant incitatif.


 

En bref

La dernière boutique Kenzo, récemment ouverte dans le Haut-marais à Paris, propose sa dernière collection, mais aussi, pour la première fois, des pièces vintage issues des archives de la maison.


 

En bref

Ikea a imaginé pour le métro suédois un distributeur automatique de fournitures pour la cuisine. Une manière de valoriser son offre dédiée à cet univers.

Marshal S. / Marque, Communicatin & Publicité


En bref

Artvl est une plateforme similaire à Airbnb permettant à des artistes de proposer leur talent à des hôtels, des sociétés ou des particuliers. À eux, ensuite, de définir les conditions de leur collaboration.


L’attrape œil

67% des adultes pensent que boycotter une marque peut avoir un impact positif et 86% reconnaissent faire plus attention à l’éthique des marques lorsqu’ils achètent un produit ou service.
(Source : Looking Further 2017, Ford)


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.