Skip to content

Et si l’abonnement devenait une nouvelle manière de consommer ?

Vu sur le net

Les cofondateurs du géant chinois Alibaba ont récemment annoncé avoir investi 20 millions de dollars dans le portail Rent The Runway, site américain de location de vêtements. En France, le groupe Kering est (discrètement) en train de tester son propre modèle de « souscription » (le mot est préféré à celui de location) par abonnement. Il a pour cela recruté l’ancien directeur général de eBay. Et ce ne sont pas là les seuls signes du fourmillement actuel entourant ce nouveau mode de consommation, plusieurs années après son apparition sur le net, comme le prouve le portail Instantluxe, lancé en 2009 et racheté en 2016 par le groupe Galeries Lafayette, qui propose, depuis peu, une offre de location limitée, dans un premier temps, à la maroquinerie.

Qu’en penser ?

Après les succès de la fast-fashion dont les prix bas induisaient déjà que les vêtements n’étaient pas tous faits pour durer, puis du vintage et de la vente entre particuliers qui rendaient acceptable l’idée d’acheter quelque chose qui avait déjà été porté, voici qu’émergent maintenant des propositions de location de produits de luxe, ultime expression de ces deux nouvelles manières d’envisager la consommation. Traditionnellement associées à l’idée de conservation, parfois de transmission patrimoniale, les marques de luxe ont d’abord été bousculées par la logique de la mode qui les ont contraintes à multiplier leurs collections et à imaginer des propositions éphémères. Un paradoxe pour le secteur. Les voici aujourd’hui désireuses d’aller encore plus loin avec la location de produits, opportunité pour elles de toucher de nouvelles populations, aussi fans de luxe que leurs clientes habituelles, mais disposant de moyens plus limités. Louer pour bénéficier des derniers modèles ou des modèles dont l’acquisition n’est pas envisageable. Louer pour essayer un produit avant de l’acheter. Louer pour un moment particulier. Louer, c’est aussi passer du statut d’acheteur à celui d’abonné, ce qui ne manquera pas d’impacter la manière d’envisager la relation marques-acheteurs : pourquoi faudrait-il toujours associer fidélité et possession ?



En bref

Le 2 juin dernier, à Paris, Londres et Berlin eut lieu la journée Plastic Attack, consistant à faire ses courses au supermarché ce jour-là et y laisser tous les emballages en plastique…


En bref

Un passage piéton d’un nouveau genre a été récemment expérimenté à Cysoing, dans le nord de la France. Sur le sol, les formes rectangulaires habituellement dessinées sur les routes ont cette fois été représentées en 3D et donnent ainsi l’impression d’être en lévitation. L’effet d’optique produit a pour but de faire ralentir les automobilistes à l’approche.


En bref

Dans son denier programme de fidélisation, testé en Espagne, L’Occitane propose des avantages à ses clients les plus actifs sur les réseaux sociaux.


L’attrape Œil

D’après l’étude des zOOms de L’Observatoire Cetelem « Entre tradition et modernité : une révolution culturelle ? », 85% des Français pensent qu’avec la digitalisation les œuvres sont plus accessibles, et 84% estiment que cela aura des effets positifs sur la diffusion des biens culturels.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.