Skip to content

Et si les lieux de vente devenaient des « lieux-moments » ?

oeil-boutique-03-bleu-250 

OEIL-apostrophe-bleuVu à New York

Situé sur la 5e Avenue, le magasin Bonobo, l’enseigne masculine du groupe Beaumanoir, n’est pas vraiment comme les autres. Plus proche d’un showroom que d’un flagship comme l’on pourrait s’y attendre à ce type d’adresse. Ici, pas de stocks, pas de foule, peu de produits mais un service inattendu. Sur le site de la marque, le client est en effet invité à réserver une séance d’essayage de 30 ou 60 minutes dans le magasin, en accompagnant sa demande d’une note expliquant ses exigences et contraintes. Le jour J, les articles sont préparés en cabine et un vendeur est disponible pour le conseiller durant toute la séance. L’achat peut être réalisé dans la boutique, via une tablette, ou bien chez soi dans les sept jours qui suivent. Dans les deux cas, les articles seront livrés gratuitement à domicile car aucun achat n’est à emporter depuis le magasin. Et, pour réconcilier les hommes avec le shopping, Bonobo a même prévu de leur offrir une bière entre deux essayages…

OEIL-apostrophe-bleuQu’en penser ?

Innover, ce n’est pas seulement imaginer de nouvelles formes ou de nouvelles fonctions, c’est aussi (et surtout) suggérer de nouvelles pratiques via de nouveaux services. Ici, Bonobo s’est attaqué à tout ce qui pouvait rebuter un homme au moment d’aller acheter des vêtements. Trop de monde dans le magasin, vendeurs pas assez disponibles, attente devant les cabines et aux caisses, sacs à porter jusqu’à chez soi. Voire, « pression » ressentie pour acheter tout de suite. Pour lever chacun de ces obstacles, Bonobo a imaginé un nouveau format, plus petit que ses magasins habituels, entre showroom et boudoir, commerce physique et digital, d’où l’on repart les mains vides (après avoir acheté…) et qui lui permet de construire une nouvelle forme de relation avec ses clients. Réduire le personnel, la surface de vente et les stocks peut, en effet, être l’opportunité pour une enseigne d’offrir à ses clients une expérience d’achat inédite où, dans un confort et une disponibilité devenus rares, les vendeurs peuvent faire la preuve de leur capacité à conseiller et à orienter leurs clients par leur connaissance des produits. Faire évoluer ses magasins de lieux de vente en « lieux moments » ne devrait-il pas devenir l’objectif de toutes les enseignes ?


oeil-internet-08-orange-180

En bref

Colis privé teste actuellement une boite à colis accessible 24h/24 et 7j/7 capable de prévenir dès qu’un paquet y est déposé. L’heure de dépôt ainsi que le poids du colis sont enregistrés et un SMS est envoyé au destinataire qui pourra ouvrir la boîte à l’aide de son smartphone.

OEIL-vu-par-orangeLoïc M. / Echangeur


oeil-auto-04-rouge-180

En bref

Tesla a récemment annoncé que, désormais, tous ses véhicules seront prêts pour la conduite 100 % autonome grâce à une série de nouvelles caméras et autres capteurs qui ne seront toutefois activés que progressivement.


oeil-mode-05-vert-180

En bref

À Paris, la boutique de « bijoux espiègles » Lou Yetu, située dans le Haut-Marais, est uniquement ouverte sur rendez-vous de 30 minutes par visiteur…

OEIL-vu-par-vertPatricia B. / L’Observatoire Cetelem


oeil-tendance-02-rose-100

Et aussi…

Plus de soins, moins de vêtements. C’est ce qui ressort de la dernière étude de l’Insee consacrée aux dépenses des Français pour leur apparence physique. En 2015, les ménages ont consacré 7,3 % de leur budget à leur apparence physique, soit 3 000 euros par ménage, soit une diminution de moitié depuis 1960. La part du budget allouée aux vêtements, premier poste de dépenses en « apparence physique », a été fortement réduite au profit de celle consacrée aux soins personnels.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
OEIL-vu-par-bleu signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.