Skip to content

La Social Brand ou le fantasme de la marque animée par ses clients.

Vu dans les airs

Il y a environ un an Accor Hôtel nous présentait Jo&Joe, son hôtel nouvelle génération pensé pour les Millennials (cf. l’Œil de décembre 2016). C’est aujourd’hui au tour d’Air France de venir nous rendre sa copie : sa nouvelle marque s’appelle Joon, et est, pour le moment, limitée à quatre destinations : Barcelone, Berlin, Lisbonne et Porto. Joon a pour ambition d’être le laboratoire d’Air France et d’accompagner le voyageur de la réservation au voyage. En vol, les passagers profiteront de contenus proposés par Vice, Brut ou encore RedBull TV et pourront bénéficier de gourmandises, de cafés et autres jus frais issus de l’agriculture biologique. Quant aux hôtesses et stewards, ils seront les ambassadeurs de la marque, notamment sur les réseaux sociaux où, habitués à voyager, ils donneront leurs conseils comme réussir à se remettre d’un jetlag, trouver l’expo à voir ou le bon bar à fréquenter dès son arrivée. Et même partager leurs souvenirs et leurs expériences.

 

Qu’en penser ?

Jo&Joe, Joon, peut-on déjà parler d’une Génération J ? À moins qu’il ne s’agisse de la Génération O tant les noms en O sont appréciés dès qu’il s’agit de bousculer les codes d’un marché. MOB, Okko, Eklo, Jo&Joe, Yooma… Tous se veulent économiques, écologiques, conviviaux, bobos, hospitaliers et audacieux. Jo&Joe et Joon ont beaucoup de points communs. Ils sont tous les deux cool. Ils suggèrent, proposent, mais n’imposent rien (on n’impose rien aux Millennials…). Ils ne vendent, ni chambres, ni vols, mais une expérience qui commence dès les premiers moments passés avec eux. Ils sont aussi  « entre deux ». Ni auberge de jeunesse, ni « Airbnb » pour le premier. Ni compagnie low cost, ni compagnie traditionnelle pour le second. Ils veulent tous deux changer les choses sans faire la révolution grâce au digital et au sentiment d’appartenance communautaire. Ils ont surtout tous deux pour ambition de devenir des « social brand », des marques qui ne vivent qu’à travers les contributions de leurs clients sur les réseaux sociaux. Une posture d’humilité qui change, mais qui suppose, pour bien fonctionner, une forte dose d’attractivité au démarrage pour donner envie de participer…


 

En bref

Ikea Place est une application gratuite de réalité augmentée qui permet de placer des meubles virtuels dans son environnement.


 

En bref

Désireux de se présenter comme un acteur social engagé, l’Olympique de Marseille a lancé l’ « #OM Innovation Cup », un concours destiné à soutenir des start-up en recherche de financement ou de visibilité dans les univers de l’entertainment, du sport, de la santé, de la nutrition ou du bien-être.

Magali B. / Marque, Communication & Publicité


En bref

Spécialiste du remplacement des pare-brises, Carglass a récemment acquis 80 % de Maisoning, spécialiste de la réparation, de la rénovation et du dépannage d’urgence pour devenir le « Carglass de la maison ».

Nicolas R. / Echangeur


L’attrape Œil

Les Suédois sont les champions du paiement électronique : l’an dernier ils ont payé par voie digitale en moyenne 317 fois. À l’autre extrémité se trouvent les Allemands, avec à peine 49 paiements électroniques par an. Entre les deux, figurent les Britanniques (249 fois par an), les Hollandais (229), les Français (165) et les Belges (150).
Source: Bank for International Settlements.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.