Skip to content

Les marques amies comme ultime fantasme marketing

 Vu sur le net

Alors que les sociétés de livraison de plats à domicile se font la guerre, d’autres modèles commencent à émerger et viennent brouiller les cartes. Parmi eux, frichti.co, site de livraison, mais aussi et surtout de préparation de plats. Un restaurant sans salle et sans personnel de service… Dans ses sacs de livraison, Frichti glisse des petits cadeaux, un petit mot personnalisé écrit à la main ou un bon de réduction à valoir sur la prochaine commande. Des petites attentions qui sont autant de preuves d’amitié et de manières de favoriser le business. En cas de mécontentement, un code promo, lui aussi personnalisé, sera proposé… Et, une fois la commande récupérée, c’est un texto que Frichti envoie à ses clients. « Merci vous êtes top, donnez-nous votre avis ! »… Comme dans ses communications, où elle pratique couramment les calembours et les jeux de mots, Frichti a une manière très «friendly» de prendre la parole. Elle n’est pas la seule parmi les acteurs à succès du net. Le site de prêt-à-porter féminin urbain Sézane ne s’adresse pas, non plus, à des « clientes », mais à des « copines » qu’il invite à se rendre, non dans son « magasin » mais dans son « appartement ». Jamais le choix des mots n’a été autant stratégique…

Qu’en penser ?

Au moment de son lancement, la marque de biscuits Michel et Augustin avait contribué à bousculer les codes de la relation marque-clients en installant un ton complice et ironique, repris depuis par d’autres (cf. L’Oeil de Janvier). Aujourd’hui, Frichti et Sézane vont un cran plus loin en s’évertuant à donner à leurs clients des preuves de leur proximité par des petites attentions qui sont comme autant de signes d’empathie. Frichti n’essaie pas de deviner ce que veut le consommateur, mais lui offre la possibilité de s’exprimer et prend son avis en compte pour créer une relation de proximité fondée sur l’écoute, la remise en question et l’envie de progresser. Après la relation BtoC (Business to Consumer), voici que s’annonce l’ère de la relation HtoH (Human to Human) fondée sur la bienveillance où les marques s’approprient des valeurs humaines et initient une relation horizontale et participative avec leurs consommateurs. Bienvenue dans le monde de « la marque amie », un concept naturellement issu des réseaux sociaux où toute trace de verticalité a été éradiquée et où, chacun étant l’ami de chacun, il peut toujours lui apporter quelque chose. Devenir « amie », c’est pour une marque, faire oublier qu’elle peut être vécue comme intrusive, créer un sentiment d’appartenance à une communauté qui partage les mêmes valeurs et, finalement, favoriser la fidélité et la recommandation. Le fantasme absolu de tous les sites et, sans aucun doute, une source d’inspiration pour toutes les marques nées au siècle dernier. Qui, parmi celles-ci, peut aujourd’hui prétendre être « l’amie » de ses acheteurs ?


 

En bref

Castorama propose désormais à la vente un papier peint interactif capable de raconter des histoires. Pour y accéder, il suffit de télécharger une application dédiée et de scanner chacun des personnages qui y sont représentés. En tout, ce sont 55 histoires à découvrir. Chaque rouleau est vendu 9,90 euros.

Jean-Pierre B. / Marketing France


 

En bref

À partir de l’année prochaine, La Poste proposera un nouveau service à destination des personnes qui ont des difficultés à remplir leur feuille d’impôts en ligne, démarche qui sera bientôt obligatoire. Le service proposé sera payant.

Véronique B. / Marque, Communiction & Publicité


 

En bref

La start-up barcelonaise Smart Things & Friends a imaginé un boîtier, baptisé Roomonitor, permettant à ceux qui louent leur logement d’en contrôler à distance le niveau sonore. Le boîtier alerte par SMS et par appel téléphonique le locataire et/ou le bailleur et/ou l’agence de location si un bruit excessif est détecté. Trois niveaux de décibels sont définis et l’alerte est déclenchée par plus de cinq pics de bruit au niveau le plus élevé en sept minutes.

Emanuelle S. / Marketing Digital


 

Et aussi…

Selon le baromètre bisannuel Ipsos/ Centre national du livre, « Les Français et la lecture », 84 % des Français se déclarent lecteurs en 2017, avec une nette progression de la lecture de livres numériques par rapport à 2015 (+5 points). Le lectorat de livres numériques s’est beaucoup féminisé en 2 ans : 49 % de femmes en 2017 (+11 points).


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.