Skip to content

Par leurs manières de regarder le monde, les blogueurs peuvent constituer de précieux alliés pour toutes les marques désireuses de se réinventer.

Véronique B. / Marque, Communication & Publicité

Vu à Caen, Limoges et Vichy

Au cours du mois dernier, la SNCF proposait des week-ends en Intercités imaginés en collaboration avec des blogueurs influenceurs de l’univers du voyage. Baptisées Les échappées Intercités, ces offres se présentaient sous forme de box thématiques comprenant l’aller-retour en train, la réservation d’une nuit d’hôtel, de deux restaurants ainsi que de deux activités à faire durant le week-end. Trois destinations étaient proposées pour l’occasion : une virée gustative à Limoges avec la photographe Mary Quincy, une pause revigorante à Vichy avec Elisa et Max du blog Best Jobers et une parenthèse culturelle et familiale à Caen avec la « digital mum » Elisa Gallois. En cas de succès, d’autres destinations seront proposées l’année prochaine.

 

Qu’en penser ?

Reflet de la volonté de la SNCF de ne plus être simplement regardée comme un transporteur ferroviaire, mais comme un offreur de voyages, Les échappées Intercités le sont aussi de la manière dont doivent être aujourd’hui imaginées les offres destinées à séduire les Millennials. S’associer à des blogueurs influenceurs est la première étape à respecter. Pour moderniser son image, pour bénéficier de la vitalité des réseaux, mais aussi pour ré-enchanter le réel. Sans l’intervention des blogueurs, de leurs images et de leurs approches, des destinations comme Caen, Vichy ou Limoges pourraient sembler bien moins désirables… Présenter ces destinations sous la forme de box comprenant tout ce qui va constituer le séjour est la seconde règle à suivre car elle répond aux attentes de toute une  génération habituée aux offres packagées du net et permet de faire de chaque destination proposée un moment passé dans une ville. Une habile manière de se différencier de la concurrence de l’autocar et du covoiturage et de répondre à la question que beaucoup (enseignes, restaurants, musées…) devraient se poser : comment cesser de n’être qu’une destination pour devenir un moment ?


 

En bref

Piala Inc., une société de marketing en ligne, installée à Tokyo et comptant 120 salariés, propose, depuis peu, à ses salariés non-fumeurs, six jours de congés payés supplémentaires en récompense de leur temps de travail jugé légèrement plus élevé que celui de leurs collègues fumeurs.

Magali B. / Marque, Communication & Publicité


 

En bref

Imaginé par une start-up basée à San Francisco, Muzo est un petit boitier qui filtre le son et peut même totalement le supprimer en empêchant certaines vibrations de se propager. Muzo se connecte en bluetooth à un smartphone et peut être contrôlé à partir d’une application. .

Nicolas R. / Echangeur


 

En bref

Jeune start-up française, Hopaal propose le pull du futur : 100% made in France, 100% recyclé et 100% réalisé à partir d’anciens vêtements.


 

Le mot du mois

NEET, qui signifie Not in Education, Employment or Training (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), est une classification sociale d’une certaine catégorie de personnes inactives. Au départ, c’est une classification négative qui comprend les personnes âgées entre 15 et 29 ans et qui sont sorties du système scolaire. Elle désigne maintenant des individus, souvent des hommes, qui ne sont pas insérés dans le système éducatif et qui sont coupés de toute vie sociale ou renfermés sur eux-mêmes. Cette classification officielle a d’abord été utilisée au Royaume-Uni et  s’est ensuite étendue à d’autres pays, dont le Japon, la France ou la Chine.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.