Skip to content

Pourquoi les hôtels ne seraient-ils réservés qu’aux touristes et gens de passage ?

Vu à Paris

Le groupe hôtelier Accor testait cet été, dans huit de ses établissements parisiens, une nouvelle application baptisée AccorLocal, en collaboration avec la conciergerie John Paul. Cette application visait à replacer ses hôtels au centre de la vie des quartiers en permettant aux habitants de ces derniers d’avoir accès à des services habituellement réservés à ceux qui n’y font que séjourner : pressing, commandes et retraits de fleurs, réservations de cours de yoga et de places de parking, petits déjeuners…

Qu’en penser ?

Face à la concurrence de Airbnb (qui ne séduit pas que les Millennials…), les hôtels traditionnels tentent de nouvelles propositions pour attirer l’attention et, ainsi, accroître leur présence à l’esprit. Pourquoi ne s’adresseraient-ils qu’à une clientèle de passage alors qu’en valorisant leurs services et les différents moments qu’ils proposent, il leur serait possible de séduire, aussi, une clientèle locale ? Pourquoi se réduiraient-ils à des lieux pour dormir ? Chaque marque ou enseigne doit aujourd’hui se demander comment elle peut s’adresser à d’autres populations que celles qui lui reviennent « naturellement ». Une manière pour elles de se différencier en faisant preuve d’une modernité disruptive qui remet en cause les codes et les conventions de leur marché d’appartenance. Accor a ainsi déjà lancé Jo&Joe, un concept hôtelier « cool, ouvert et hybride », entre auberge de jeunesse, hôtel classique et location d’appartement, destiné à séduire les Millennials avec ses cours de yoga et de cuisine. Il continue aujourd’hui dans cette voie en tentant de faire de ses hôtels des acteurs de la vie locale, voire, pourquoi pas, des « pôles de services » pour la ville dans une démarche à rapprocher de celle que mène la SNCF avec ses gares désaffectées (cf. Œil d’avril). Savoir créer de la surprise à partir du connu pourrait bien devenir le nouveau défi marketing des marques de demain.


 

En bref

Durant tout l’été, l’enseigne de centre autos Roady proposait un service de secours pour doudous perdus. Concrètement, pour tout entretien effectué dans l’un de ses 160 centres de France, l’enseigne s’engageait à remplacer le doudou perdu sur simple envoi d’une photo…


 

En bref

Début août, à l’aéroport d’Oakland en Californie, Uniqlo inaugurait son premier distributeur automatique de vêtements, baptisé «Uniqlo To Go». T-shirts et vestes ultra-light peuvent ainsi s’acheter en quelques clics sur un écran tactile.


 

 

En bref

En Espagne, Michelin a imaginé BikeSphere, une technologie innovante qui émet une lumière rouge au sol pour constituer un anneau de protection pour les cyclistes. Lorsqu’une voiture approche de l’anneau, le projecteur laser s’intensifie pour optimiser la visibilité du cycliste et, ainsi, optimiser sa sécurité.

Marshal S. / Marque, Communication & Publicité


 

Le mot de l’Œil

Xennials : nouveau terme pour désigner les membres de la «micro génération» née entre la fin des années 70 et le début des années 80. Nichés entre la génération X et les Millennials, ils ont passé leur enfance sans Internet, ont grandi avec Star Wars, la Gameboy, MSN Messenger et Window 95. Trop vieux pour être jeunes et trop jeunes pour être vieux…


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.