Skip to content

Le «fanketing» ou comment capter l’énergie des consommateurs

Vu au PSG et à Londres…

A l’occasion de la sortie de son dernier album, The Magic Whip, le groupe anglo-saxon Blur avait imaginé une crème glacée (vanille et coulis de framboise) en partenariat avec le fabricant de glaces The Licktators. Celle-ci était commercialisée lors des concerts du groupe et dans les magasins de la chaîne Co-Operative. De son côté, le PSG a récemment enrichi son «catalogue» destiné à ses supporters d’une offre d’eau de source aux couleurs du club destinée à la restauration et à la grande distribution. Et pourquoi pas, demain, une gamme de produits laitiers (lait et fromage blanc) comme le propose déjà L’Olympique de Marseille ?

Qu’en penser ?

Bien que totalement anecdotiques, ces deux micro-faits viennent à leur manière raconter la même histoire. Tout d’abord parce qu’ils incarnent tous deux le rapprochement d’univers que l’on n’a pas l’habitude d’associer. La réponse à l’envie actuelle des marques de rompre avec les codes de leur secteur, pour renouveler leurs discours autant qu’étonner leurs consommateurs. Acheter une eau minérale devient ainsi une manière de supporter une équipe. Acheter une glace, une opportunité supplémentaire de combler sa passion pour un artiste. Ensuite, parce qu’ici, autant que les qualités des produits achetés, c’est la «cause» qu’ils soutiennent qui constitue la motivation d’achat, qu’il s’agisse de foot, de musique ou de n’importe quelle autre passion. L’énergie des fans au service de la désirabilité des marques. L’objectif de ces dernières n’est plus de chercher à «dominer» leurs consommateurs en leur imposant leur volonté ou leurs discours, mais de créer et d’entretenir avec eux des relations passionnelles. Un état relationnel que les réseaux sociaux contribuent largement à amplifier : posts, tweets, photos et autres messages échangés n’ont-ils pas souvent pour sujets des marques et des produits ? Après le temps du consommateur et du «consom’acteur», voici celui du «fan de marque» . Prochaine étape : les clubs de marque.


226-ENBREF-addidas-speedfactory-petit

En bref

Adidas prévoit d’ouvrir l’an prochain, en Bavière, sa première usine de chaussures entièrement automatisée dans le cadre de sa stratégie visant à rapprocher la fabrication de ses clients. Baptisée «Speedfactory», elle contribuera à accélérer les délais de livraison et à réduire les coûts de transport.


226-ENBREF-el-camino-travel-petit

En bref

El Camino Travel, une agence en ligne spécialisée dans les voyages en Colombie et au Nicaragua, peut fournir à ses clients des images d’eux lors de leur séjour, prises par un photographe professionnel, pour leur permettre de les diffuser sur les réseaux sociaux.


226-ENBREF-popupoffice-petit

En bref

L’application PopupOffice répertorie en direct des places de travail à disposition dans les espaces de co-working de plusieurs villes. Utile en cas de déplacement pour travailler quelques heures entre deux rendez-vous ou avant de prendre un train.


Et aussi

Selon l’insee, la France est un des pays d’Europe qui boude le plus le compte commun : si la mutualisation des ressources reste majoritaire, près d’un couple sur quatre préfère opter pour le compte séparé. L’analyse montre que l’on a tendance à mutualiser l’argent en se mariant ou avec l’arrivée des enfants. Parmi les réticents : les divorcés (sans surprise…) et les conjoints qui travaillent tous les deux et ont un niveau d’études plus élevé que la moyenne.