Skip to content

Installer la campagne à la ville ne se limite pas à initier des jardins partagés…

OEIL-vu-par-rougeVéronique B. / Marque, Communication & Publicité

OEIL-apostrophe-rougeVu à Berlin, à Bâle et à Paris

À Berlin, l’enseigne Métro, en partenariat avec la start-up InFarm, a installé une mini ferme hydroponique (une culture de végétaux hors sol, dans l’eau et en symbiose avec un élevage de poissons) dans son magasin de Friedrichshain, offrant ainsi à ses clients la possibilité de récolter des herbes aromatiques fraîches directement dans son rayon fruits et légumes. À Bâle, l’entreprise suisse UrbanFarmers a créé, sur le même principe, sa première ferme pilote sur le toit d’un bâtiment industriel. Sa production sera commercialisée dans un magasin Migros. Enfin, lors du dernier Salon International de l’Agriculture, la start-up de food-tech française Agricool présentait un projet de culture de fraises en containers installés « en résidence » dans les jardins de Bercy. Trois initiatives qui prouvent que cultiver en ville est possible, sans pesticides et avec une empreinte carbone quasi nulle…

OEIL-apostrophe-rougeQu’en penser ?

Face à des consommateurs de plus en plus désireux de connaitre les origines de ce qu’ils achètent, les enseignes ont commencé par valoriser la traçabilité de leurs offres. Elles ont, ensuite, cherché à travailler avec des acteurs locaux. Une troisième voie s’ouvre aujourd’hui avec la culture en magasin. La démarche cumule les avantages. Elle est tout d’abord spectaculaire, donc facilement sujette à diverses opérations de communication et de buzz. Elle vient aussi renouveler l’image des enseignes : lieux de distribution et de relations, elles deviennent lieux de production et d’innovation grâce aux possibilités offertes par la food-tech. L’opportunité pour elles de faire la preuve de la qualité et de la fraîcheur de leurs offres autant que de sortir de leur position très critiquée « d’intermédiaire-écran » entre producteurs et consommateurs (ici, le seul intermédiaire est le toit…). La culture en magasin vient enfin répondre à l’envie actuelle d’une nouvelle génération de consommateurs de réinventer son quotidien en modifiant sa manière de consommer. La consommation comme moteur du changement. Mais, la principale vertu de ce mode de culture n’est-elle pas, finalement, de susciter un nouvel imaginaire où ville et campagne auraient (enfin) cessé de s’opposer ?


 OEIL-boutique-10-violet-180

En bref

Aux Etats-Unis, Samsung proposera cet été un réfrigérateur connecté qui permettra de commander et de régler ses courses grâce à un partenariat passé avec Mastercard. Deux enseignes sont associées à cette expérience, Freshdirect et ShopRite, soit 250 magasins situés au Nord-Est des Etats-Unis.

 


 OEIL-auto-01-bleu-180

En bref

Sachant que la demande pour son dernier modèle de Super Car (une Ford GT au tarif de 400.000 dollars HT) est très supérieure à l’offre, Ford a imaginé un process de commande sélective, mêlant des critères inattendus : posséder déjà une Ford, s’engager à utiliser son nouveau véhicule, ne pas la revendre avant un certain temps ou encore être influent sur les réseaux sociaux.

OEIL-vu-par-bleuQuentin H. / Marketing international


OEIL-ville-05-vert-180

En bref

Face à la désaffection de ses agences, Barclays teste actuellement, sur plusieurs sites londoniens, leur transformation en points de livraison Amazon sous la forme de casiers automatiques. Le dispositif sera étendu à l’ensemble du réseau de la banque si les résultats s’avèrent concluants.


 OEIL-tendance-03-rose-100

Et aussi…

Euro 2016 : les Français pas encore dans le match…Un sondage réalisé par OpinionWay (entre le 18 et 20 mai derniers) pour L’Observatoire Cetelem révèle que plus de la moitié des Français (59%) n’a pas l’intention de suivre la compétition (10 juin-10 juillet). Parmi les 41% de Français qui suivront l’Euro 2016, près de neuf sur dix (88%) suivront les matches à domicile, que ce soit avec des amis ou en famille. Les lieux publics n’en sont pas oubliés pour autant, puisque 20% des adeptes de la compétition iront dans des bars, 10% dans les « fan zones », et 5% directement dans les stades. Malgré ce manque d’engouement pour l’Euro 2016, les Français estiment que l’événement sportif aura un impact positif sur leur moral (49%).


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
OEIL-vu-par-rougesignifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.