Skip to content

Un nouveau comportement peut-il être durable s’il n’est pas associé à un concept ?

Lu sur le net

Après le phénomène hivernal du Hygge, cette pratique venue du nord de l’Europe consistant à rester chez soi au chaud et d’en faire un véritable art de vivre à base de bougies parfumées, d’éclairages tamisés et de peaux de bêtes en décoration (l’opportunité, au passage, pour certaines marques, de relancer l’attractivité de leurs offres…), voici à présent, été oblige, le Plogging, autre mot concept en provenance du nord, contraction de plocka upp (« ramasser », en suédois) et de « jogging », bien de chez nous, activité consistant à parcourir un lieu en petites foulées et en profiter pour le débarrasser de ses détritus. Il fallait y penser…

Qu’en penser ?

Notre époque est friande de mots-concepts aux contours flous et aux consonances exotiques. Des mots qui viennent autant donner du sens à de nouveaux comportements que refléter une envie de sortir du quotidien et de sa routine pour envisager la vie autrement. Il ne suffit plus de vouloir faire quelque chose ou de privilégier telle ou telle valeur, encore faut-il que le comportement qui en découle soit perçu comme le signe d’une tendance imaginée pour, à la fois, séduire, fédérer et… se décliner en « univers produits ». Les préoccupations marchandes ne sont jamais très loin des aspirations généreuses du moment. Le Plogging milite ainsi en faveur d’un corps sain dans un décor sain, soit un « running écolo » parfaitement dans l’air du temps, mix de fun (conséquence d’une légèreté relationnelle infusée par les réseaux sociaux), d’entre-soi et de conscience environnementale désormais indispensable à toute action collective contemporaine. Un ultime signe du désir actuel d’un nombre croissant d’individus de se montrer prévenant avec la nature sans pour autant s’impliquer dans un mouvement militant. Ne reste plus au Plogging qu’à trouver ses déclinaisons produits s’il veut perdurer dans les esprits : gants ? sacs ? t-shirts ? applications ? guides ?


 

En bref

Inaugurée cet été à Milan par Lush, la marque-enseigne de cosmétique britannique, Naked ne propose que des produits sans emballage. Ses fonds de teint sont ainsi présentés dans des contenants en cire pelable… Le magasin se veut également être un lieu d’échanges qui accueille des conférences, des tables rondes, des ateliers et des projections de films autour des questions environnementales.


En bref

Century 21 et Airbnb.ont signé cet été un partenariat pour faciliter les sous-locations de logements à Paris. Grâce à ce « bail Airbnb », en cas de sous-location, le locataire touchera 70% des revenus générés et le propriétaire 23%. L’agence Century 21, qui s’occupera des démarches administratives, touchera les 7% restant.

Véronique B. / Marque, Communication & Publicité


En bref

Dans le Wonder Photo Shop de Fujifilm, à New-York, il est possible de faire imprimer instantanément les photos de son téléphone, de les customiser lors d’ateliers, et d’accéder à une offre complète autour de la photo. On y trouve aussi des idées de projets photographiques ou artistiques ainsi que l’expertise et les ressources nécessaires pour les réaliser.


L’attrape Œil

Qui dit rentrée, dit achat de fournitures scolaires. Un passage obligé pour les parents mais qui, selon une enquête des zooms de L’Observatoire Cetelem, est vécu par 70% d’entre eux comme un moment de partage avec leurs enfants. (Enquête réalisée par Harris Interactive du 7 au 9 août auprès de 1002 personnes.)


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.