18e jour

OEIL-illustration-confinement-espace.jpg

UN ŒIL EXTRA !
Dans ces moments de vie extra-ordinaires,  l’Œil s’invite chez vous chaque mercredi et vendredi. D
es mots au fil du confinement…

VOYAGES IMMOBILES

Le mardi sosie du lundi. Le jeudi photocopie du mercredi. Des corridors de jours et de semaines. Soudain, le temps qui semblait toujours nous manquer est devenu si abondant qu’il est presque palpable. Le temps est tombé sur notre quotidien comme la neige sur un village de montagne empêchant ses habitants de sortir.

Le temps présent est devenu le temps pesant. Il rend toute fuite impossible et nous prive de futur. Nous voilà désormais dans l’impossibilité d’échafauder le moindre projet qui pourrait pourtant venir alléger notre quotidien par de motivantes perspectives. Voyages et déplacements n’existent plus que dans nos têtes. ça commence quand, cette année, les vacances de Pâques ? Le temps nous tient dans le présent et dans l’incertitude, et nous empêche de nous imaginer là-bas, plus tard.

Face à cette situation inédite, deux voies s’offrent à nous. Affronter le temps pour le domestiquer et ne pas le laisser nous envahir. Le temps du confinement n’est pas le temps de repli et du relâchement, mais celui de l’invention et de l’ouverture. Ou bien nous replonger dans nos souvenirs car le passé, lui, est toujours là. Se remémorer les bons moments, retrouver des traces de la vie d’avant comme autant de voyages immobiles.

Agir et se souvenir pour se construire du temps pour soi et maintenir l’incertitude à distance. Des gestes barrières.