Skip to content

35,4% des foyers français observent un régime fléxitarien

(Relaxnews) – Le fléxitarisme, un régime alimentaire consistant à réduire la consommation de protéines animales, concerne de plus en plus de Français. D’après une étude Kantar Worldpanel, 35,4% des foyers sont constitués d’au moins une personne observant ce type de restriction. 

Dans un contexte où le bien-être animal est défendu par de plus en plus de voix, le fléxitarisme continue de concerner un plus grand nombre de consommateurs. Alors qu’en 2015, on ne dénombrait que 25% de foyers dans lesquels au moins une personne était fléxitarienne, cette proportion atteint 35% en 2019, sur la base d’un échantillon de 12.000 répondants.

Dans 55,4% des cas, plusieurs membres d’un même foyer font même attention à manger moins de viande et autres protéines animales. A noter que 14,1% des familles sont entièrement fléxitariennes. Cette nouvelle habitude de consommation est portée par la jeune génération. Par exemple, 47% sont des “followers”, c’est-à-dire qu’ils sont connectés aux réseaux sociaux. Seuls 37% des foyers fléxitariens correspondent à des Français âgés de 50 à 65 ans. Autre caractéristique du fléxitarien, dans 41% des cas, il habite en région parisienne. 

Contre toute attente, les fléxitariens expliquent leur comportement d’abord pour des raisons de santé. Alors que 58% précisent que manger moins de viande ne leur manque pas, ils sont autant à avoir choisi ce type d’alimentation jugeant que les protéines animales sont néfastes pour leur bien-être. Le choix de ne pas manger des animaux que l’on a tués pour leur viande n’est avancé que par 33% de sondés concernés. 33% disent pour leur part que le régime carnée n’est pas bon pour l’environnement tandis que 31% avancent des raisons économiques, précisant que cela coûte cher. 

A noter que si le fléxitarisme s’impose de plus en plus en France, le végétarisme concerne encore une très faible part de la population, soit 2,1% selon les chiffres de Kantar Worldpanel. Le végétalisme, qui consiste à évincer tous les produits d’origine animale, que ce soit les oeufs ou le miel par exemple, est encore anecdotique, avec 0,47% d’adeptes. 

(Crédits photo : Neustockimages/Istock.com )