Skip to content

Ces pays qui annoncent d'ores et déjà la fin du commerce des voitures à moteur thermique

(ETX Studio) – Le Quebec vient d’annoncer qu’il allait interdire la vente de voitures à moteur thermique à partir de 2035. La province canadienne rejoint ainsi de nombreux pays et régions qui ont déjà annoncé à plus ou moins long terme la fin programmée des ventes de véhicules essence ou diesel. A commencer par la Norvège, dès 2025, ou encore la France, plus tard en 2040.

La Norvège en pole position

C’est donc la Norvège qui devrait être le tout premier pays à interdire la commercialisation de nouveaux modèles à moteurs thermiques, d’ici 2025. A noter que le pays est aussi celui où se vendent actuellement en Europe le plus de véhicules électriques. Une ville comme Oslo devrait disposer d’ici cette échéance des infrastructures nécessaires pour accueillir un parc flambant neuf 100% électrique. Le gouvernement norvégien propose en outre déjà de nombreuses aides à l’acquisition d’une voiture électrique et à sa maintenance.

Un peu plus tard, ce sont d’autres pays qui vont suivre et interdire à leur tour la commercialisation de voitures à moteur thermique. Dès 2030, ce sera ainsi au tour du Danemark, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de l’Irlande. En 2035, c’est la Californie qui interdira à son tour la vente de voitures essence et diesel, une première aux États-Unis. Enfin, la France a de son côté voté cette interdiction à compter de 2040.

Le diesel et l’essence bannis des villes

Il est ici question d’interdire la commercialisation de ces voitures, pas encore leur circulation. A l’exception toutefois des grandes villes. A Paris par exemple, la circulation des véhicules diesel est amenée à disparaître dès 2024 et ceux à essence dès 2030. A Bruxelles, Rome ou encore Athènes, le diesel devrait être aussi entièrement banni d’ici 2025.

Le but ultime de toutes ces décisions politiques est évidemment de réduire sensiblement les émissions de gaz à effet de serre.

(Crédits photo : tunart / IStock.com )