Skip to content

En pleine expansion, le marché de la seconde main en Europe est estimé à 86 milliards d'euros

(ETX Daily Up) – Encore boudé il y a quelques années, le marché de la seconde main est en pleine expansion. Selon une nouvelle étude, ce secteur représenterait plus de 86 milliards d’euros et a déjà séduit 85% des Européens. C’est notre chiffre du jour. 

Moins chère, écolo, facilement accessible sur le net… La seconde main a le vent en poupe. La preuve avec le succès croissant de sites internet comme Vinted, qui permet aussi de revendre ses vêtements et de faire de bonnes affaires. Sur cette plateforme lituanienne, le nombre de membres européens est passé de 23 millions à 37 millions entre 2019 et 2021. 

Selon une étude réalisée par l’entreprise de fintech Tripartie, le marché de la seconde main en France est estimé à 7 milliards d’euros. En Europe, ce chiffre passe à 86 milliards d’euros. À titre d’exemple, sept personnes sur dix achètent des vêtements d’occasion et une personne sur cinq a déjà vendu son téléphone.

Sans surprise, la mode est le premier secteur à profiter de ce nouveau type de consommation axé autour des produits d’occasion. Dans cette industrie, la croissance de la seconde main devrait être exponentielle d’ici à 2024 (soit 25 fois le niveau de croissance moyen attendu dans le secteur de l’e-commerce).

Une mutation liée au pouvoir d’achat, qui a diminué de 5,3% en 2020 sous l’effet de la crise sanitaire. Mais cette progression est aussi le fruit d’attentes écologiques de plus en plus élevées des consommateurs.

La seconde main progresse aussi dans le secteur de l’automobile. En 2020, les Européens auraient acheté trois fois plus de voitures d’occasion que de voitures neuves. 

Même s’il est en pleine expansion, le marché de la seconde main se confronte toutefois à quelques obstacles, notamment à la qualité (jugée peu fiable) des produits échangés entre particuliers, ainsi qu’aux risques de fraude ou de défaut de paiement. À titre d’exemple, les arnaques liées à la phase de paiement représentent 28% de toutes les escroqueries recensées.

(Crédits photo : tataks / Getty Images )