Skip to content

La vente directe, un secteur en croissance, alternative à la distribution traditionnelle

(AFP) – La vente directe, qui a dégagé en 2017 dans le monde un chiffre d’affaires de près de 190 milliards d’euros, en croissance de 1,6%, constitue de plus en plus une alternative au circuit de distribution traditionnel, selon la fédération française du secteur.

La Chine, où la vente directe n’existait pas il y a encore vingt ans, est ainsi en passe de devenir le premier pays au monde devant les États-Unis à la pratiquer, a annoncé mardi le président de la Fédération de la vente directe (FVD), Jean-Georges Vernet, lors d’une conférence de presse.

Les chiffres mondiaux cités par le dirigeant sont issus de la Fédération mondiale des associations de vente directe (WFDSA).

En France, ce type de vente (via des réunions, en face-à-face, par téléphone ou “emailing” notamment) est même plus florissant qu’au niveau mondial, puisqu’il a enregistré l’an dernier des ventes de près de 4,5 milliards d’euros, en hausse de 3,5%, et a créé près de 20.000 emplois nets, sur un effectif total d’environ 700.000 personnes.

Outre l’arrivée d’une nouvelle génération d’entreprises qui privilégient ce canal de distribution, il est “de plus en plus choisi par des sociétés tournées habituellement vers des circuits plus traditionnels”, ainsi que par des marques à “forte notoriété”, telles Yves Rocher, Seb ou K par K (groupe Saint-Gobain), affirme M. Vernet.

Il faut dire que le secteur affiche, selon le délégué général de la FVD, Jacques Cosnefroy, “une rentabilité moyenne de 17%”, en raison notamment de coûts de distribution moindres.

Face aux défis actuels du commerce, la vente à domicile est une manière d’accroître la fidélisation du client, via la relation de confiance établie directement entre le consommateur et le vendeur, et surtout son taux de réachat qui s’élève à 80% dans la vente directe, selon M. Cosnefroy.

Sur ces deux éléments-clés, la distribution traditionnelle est à la peine et cherche à se renouveler.

Pour la FVD, les perspectives sont bonnes, selon M. Vernet, la France ayant un potentiel de croissance encore important: en Allemagne, la vente directe affiche ainsi un chiffre d’affaires quatre fois supérieur à celui de l’hexagone.

(Crédits photo : Courtesy of Yves Rocher )