Skip to content

Les jeunes prennent souvent le risque de se faire raccompagner en voiture par quelqu’un qui a trop bu

(Relaxnews) – Seul un jeune sur deux (49%) applique systématiquement le principe du conducteur désigné, qui consiste à choisir un proche qui ne boira pas de la soirée et qui ensuite les raccompagnera, selon une double enquête sur les 18-15 ans ayant pour thème l’alcool et les drogues au volant, publiées par Vigicarotte, le dispositif de sensibilisation des risques routiers de MAAF Prévention.

Près d’un jeune sur quatre (23%) n’arrive pas à toujours dire non à un ami qui propose de le raccompagner alors qu’il a trop bu ou pris des drogues. Ils sont encore moins nombreux (20%) à réussir à empêcher un ami, visiblement pas en état de conduire, de prendre le volant. Si 49% y arrivent parfois, pour 4% des sondés il est tout simplement impossible de leur faire entendre raison. Au final, il apparaît qu’un jeune sur trois (33%) a déjà pris le volant sous l’influence de l’alcool ou de drogues. A noter que 14% des sondés avouent consommer trois verres d’alcool et même plus alors qu’ils doivent ensuite conduire.

Les jeunes conducteurs avouent également de nombreux comportements à risques, à commencer par l’utilisation du téléphone au volant, par 89% d’entre eux. Ils sont également 72% à avouer des excès de vitesse, plus ou moins fréquents, et 20% à qualifier leur conduite de rapide et agressive façon “Fast and Furious”.

L’enquête “Alcool et drogue au volant, les usages des 18-25 ans” a été réalisée via le chatbot JAM sur Messenger, du 2 au 11 octobre 2018, auprès d’un échantillon de 4.752 répondants de tous âges et toutes régions. Pour cette étude, un focus a été réalisé sur les 18-25 ans, qui représentent 2.578 répondants de cet échantillon. Celle sur les “18-15 ans et leur rapport à la voiture” l’a été auprès d’un échantillon de 3.988 personnes dont 1.953 de la classe d’âge concernée.

(Crédits photo : sestovic / IStock.com )