Skip to content

Les SUV, néfastes pour l'environnement, à l'honneur dans la pub

(AFP) – Le secteur automobile a investi 1,8 milliard d’euros en 2019 pour faire la publicité des SUV, pourtant critiqués car plus énergivores, dénonce mercredi le WWF, au moment où le projet de loi climat est examiné en commission à l’Assemblée nationale.

Ces 4×4 urbains, dont les ventes se sont envolées en moins de dix ans, sont de plus en plus critiqués pour leur taille et leur poids, qui les rend parfois inadaptés en ville, et leur consommation en carburant plus importante.

Pourtant, « les constructeurs automobiles ont dépensé en 2019 1,8 milliard d’euros pour convaincre les consommateurs d’acheter des véhicules SUV », soit 42% des recettes publicitaires du secteur, dénonce le WWF. « Les spots publicitaires vantant les mérites des SUV ont cumulé 3h50 d’antenne quotidienne », critique encore l’ONG, qui parle de « surexposition des consommateurs à la publicité de véhicules polluants ».

WWF remet aussi en cause les arguments mis en avant dans ces publicités, associant les SUV à plus de nature, quand ils sont « la deuxième source de croissance de CO2 en France » et à une sécurité plus grande, quand le risque d’accident à bord d’un SUV est augmenté de 10%, selon des données d’un précédent rapport de l’ONG et de l’assureur Axa en Suisse.

La Convention citoyenne pour le climat, dont les travaux ont inspiré le projet de loi climat, proposait la création d’un malus au poids des véhicules, de 10 euros par kilo au-delà de 1.400 kg. La loi de finances 2021 a bien créé ce malus, en relevant le seuil à 1.800 kg, ce qui exclut 98% des voitures vendues en France, dont la quasi-totalité des modèles français.

Les citoyens demandaient aussi l’interdiction de la publicité pour tous les produits les plus polluants, notamment les SUV. Le gouvernement vise seulement les énergies fossiles dans le cadre du projet de loi. Dans un avis, le Conseil d’Etat s’interroge sur la portée de cette interdiction, soulignant le « caractère peu fréquent » des publicités « directes » en la matière.

Le WWF France, de son côté, demande « d’interdire la publicité pour les véhicules les plus lourds et les plus polluants » et de « réorienter l’ensemble de la publicité vers la promotion de véhicules d’avenir, légers et très peu émetteurs ou mieux, vers d’autres formes de mobilité plus durables ».

(Crédits photo : Scharfsinn / Shutterstock )