Skip to content

Mangeriez-vous l'emballage s'il vous garantissait une fraîcheur de vos aliments plus longue ?

(ETX Daily Up) – Concombres, carottes, courgettes ou encore bananes… Une trentaine de fruits et légumes ne peuvent plus être vendus dans des emballages plastiques pour des raisons évidentes de réduction des déchets et de lutte contre le gaspillage. En Suisse, on a peut-être trouvé la parade avec un emballage naturel qui pourrait même se manger. ! 

Bientôt, les consommateurs testeront une alternative écologique aux emballages en plastique des fruits et légumes dans les magasins Lidl. La filiale suisse du distributeur a en effet collaboré avec des chercheurs de l’un des plus grands laboratoires helvétiques, l’EMPA, pour mettre au point un emballage éco-responsable que les clients pourraient même consommer !

En fait, cette enveloppe naturelle est réalisée à partir d’un marc obtenu après le mélange d’épluchures de fruits et de légumes que l’on presse au préalable. La presse suisse rapporte qu’une année de recherche a été nécessaire pour développer ce concept qui a d’abord été testé sur des bananes. Au réfrigérateur, la peau du fruit noircit en effet très rapidement. Voilà pourquoi on trouvait souvent des bananes emballées dans du film plastique. Avec cette seconde peau développée par les chercheurs, la conservation des bananes a pu être rallongée de plus d’une semaine. 

Les recherches ne sont pas encore arrivées à leur terme puisque les scientifiques doivent décider de la manière dont cet éco-emballage peut être utilisé. Il pourrait par exemple être vaporisé sur les fruits. Sinon, on pourrait recouvrir les aliments en les plongeant dans la substance. Plus de 150 magasins Lidl en Suisse pourraient ainsi mettre en place cette couche de protection en cellulose. Cette trouvaille ouvre le champ des possibles puisque rien n’empêcherait d’injecter à terme des vitamines ou des minéraux au sein de cet emballage naturel afin de booster l’étiquette nutritionnelle d’un fruit ou d’un légume. 

A Singapour, un laboratoire a déjà travaillé sur le sujet afin de mettre au point un emballage capable d’éliminer les bactéries susceptibles de se poser sur les aliments. A base d’amidon, de thym, d’acide citrique et de protéine de maïs, la formule a permis de conserver des fraises une semaine de plus. 

(Crédits photo : mady70 / Shutterstock )