05 Le VE, c’est pour la ville !

Le véhicule électrique possède plusieurs arguments pour réconcilier la ville et la voiture.

Urbain par excellence

C’est en effet l’avis de 68 % des répondants.

 

 

65 % approuvent le fait que le VE permette d’échapper aux contraintes urbaines imposées aux voitures.

 

 

Cette proportion est encore plus forte dans les pays qui pratiquent de fortes restrictions de circulation pour les véhicules thermiques : 81 % en Chine, 86 % en Italie, 84 % en Espagne, 78 % au Mexique, 70 % en Belgique, 68 % au Royaume-Uni et 66 % en France. Le véhicule électrique apparaît comme une solution efficace pour limiter les nuisances sonores créées par le trafic routier, 92 % des sondés plébiscitant le silence du véhicule électrique.

Une offre pas vraiment modèle ?

Mais si le VE apparaît comme un véhicule destiné à s’épanouir en ville, encore faut-il que l’offre soit attractive. 86 % des répondants trouvent qu’il y a encore trop peu de modèles disponibles.

 

 

En toute logique, les Norvégiens sont les moins nombreux à adhérer à cette affirmation (64 %). Si les constructeurs s’y sont rués pour profiter du potentiel du marché, les modèles vendus en Norvège sont les mêmes que ceux proposés dans le reste de l’Europe. Il semblerait donc que les automobilistes deviennent moins exigeants avec l’expérience d’utilisation. Contrairement à ce que semble penser la majorité des répondants, il existe une diversité de modèles de véhicules électriques relativement importante. Marques européennes (Renault, Peugeot, BMW, Volkswagen, Smart…), japonaises (Nissan, Mitsubishi…), sud-coréennes (Hyundai, Kia…), chinoises (Baic, BYD, Zhidou, Byton, Kandi…) et américaines (Tesla, Ford…) couvrent les segments de la petite citadine aux utilitaires, en passant par les berlines et les monospaces. Cependant, les modèles les plus récents, bien que disponibles en théorie, demandent généralement un long, voire très long temps d’attente avant la livraison.