Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Inspirer et récompenser sa communauté : sans doute la meilleure façon de l’engager

TikTok Kitchen Restauration Recettes
21
fév
2022
Vu aux Etats-Unis

Aux États-Unis, TikTok s’est rapproché de Virtual Dining Concepts pour transformer ses vidéos les plus virales en plats disponibles à la livraison. Parmi elles, les célèbres pâtes à la feta cuites au four (40 millions de vue en 2021), les smash burgers ou les chips de pâtes. Ce nouveau service, baptisé « TikTok Kitchen », sera disponible dans les semaines à venir. Les profits réalisés serviront à soutenir les créateurs à l’origine des recettes proposées et à encourager les autres puisqu’elles seront régulièrement renouvelées. La plateforme a aussi pour projet de décliner ce nouveau service sous la forme d’établissements. Trois cents d’ici la fin du premier trimestre sont prévus, puis mille avant la fin de l’année, annonce-t-elle.

Qu’en penser ?

Réseau social d’expression personnelle (avec ses challenges de danse ou d’humour) sur lequel est venu progressivement se greffer la possibilité d’acheter, TikTok aborde aujourd’hui une nouvelle étape de son développement consistant à faire de ses recettes, autre vecteur de son succès, une réalité dans nos assiettes. Voilà le réseau social devenu livreur de repas. L’idée poursuivie est pourtant à chaque fois la même : accompagner sa communauté dans ses différents désirs et soutenir son envie de créer en l’inspirant et en la récompensant, que ce soit en valorisant le nombre de followers de ses abonnés ou en rémunérant les auteurs des recettes les plus virales. Car ici, à la différence d’autres réseaux comme Instagram, ceux qui cuisinent sont majoritairement des amateurs. Avec ce nouveau service, TikTok n’a pas pour ambition de devenir restaurateur, mais d’offrir à sa communauté la possibilité de prolonger au-delà des écrans l’expérience qu’elle vit sur le réseau. Une manière de renforcer sa présence auprès d’eux. Et de confirmer son ambition de devenir une marque.


En bref

Audi teste actuellement à Nuremberg un Audi Charging Hub, une structure offrant à la fois des bornes de chargement rapide et la possibilité pour ses clients de travailler pendant que leur voiture se recharge. Ils peuvent aussi en profiter pour se faire livrer des plats, emprunter un scooter électrique ou faire laver leur voiture.


En bref

En Belgique, dans les magasins Delhaize de Lovendegem, Waregem et Zwevegem, les clients peuvent faire appel à un robot lorsqu’ils ne trouvent pas un produit. Le robot fera bientôt son apparition dans sept autres magasins.


En bref

Amazon souhaite commencer à livrer des courses pour d’autres chaînes de supermarchés que les siennes (Morrisons, Co-op, Amazon Fresh, Whole Foods, Bartell’s aux États Unis et Monoprix à Paris). Une manière d’entrer en concurrence directe avec Gorillas et Flink…


L’Œil dans le rétro

En mai 2015, l’Œil repérait à Toronto une initiative inspirante pour 2022 au moment où chaque acteur économique veut faire preuve de son engagement en faveur de l’environnement…

Le commerce au service de l’expression personnelle

Le fait
À Toronto, The Kitchen Library se présente comme une « bibliothèque » des appareils électroménagers. Moyennant une cotisation mensuelle de 9 dollars (25 dollars pour trois mois), chacun peut emprunter pendant cinq jours tous les appareils dont il a besoin et qu’il ne possède pas en raison d’un trop faible nombre d’occasions de les utiliser ou d’un manque de place (blenders, mixers pour jus de fruits, machines pour fabriquer des pâtes fraîches, des glaces ou des gaufres…). Dans un registre comparable, Leroy Merlin propose, depuis sa page Facebook, une douzaine d’outils mis gracieusement à disposition de ses clients pour une durée de 48 heures. Il suffit de sélectionner le produit à emprunter, de renseigner les informations personnelles et de choisir la date d’emprunt souhaitée. Un mail de confirmation de réservation est alors envoyé, à présenter au rayon outillage du magasin pour récupérer l’outil.

L’analyse

Pour répondre à des consommateurs de plus en plus nombreux à envisager la consommation sous l’angle de la jouissance et de l’usage davantage que sous celui de la possession et de l’accumulation, les enseignes imaginent de nouvelles propositions comme le prouvent celles de The Kitchen Library et de Leroy Merlin. Leur ambition n’est pas seulement de permettre à leurs clients de bénéficier d’appareils électroménagers ou d’outils sans avoir à les acheter, elle est aussi et surtout de leur donner le sentiment d’accéder à l’univers et à la culture des professionnels. Posséder des outils de pro, c’est déjà se sentir un peu « pro » soi-même. De quoi favoriser leur curiosité, leur envie d’apprendre et d’entreprendre, voire leur créativité et leur confiance en eux. Une nouvelle mission pour les enseignes s’en dégage : être considérées comme des « passeurs », capables d’emmener leurs clients dans un univers, et non plus seulement comme des distributeurs qui mettent des produits à leur disposition. Une manière de faire de son offre une véritable expérience-magasin.

 

 

 

 

 


Retour en haut de la page