Skip to content

Et si la demande se mettait au service de l’offre pour l’aider à atteindre ses objectifs ?

Emmanuelle S. / Marketing Digital

Vu en Belgique

En Belgique, Carrefour s’appuie désormais sur bringr (une application mobile de Bpost) pour proposer à des particuliers, contre rémunération, de livrer à domicile les courses effectuées par d’autres particuliers dans l’un de ses drives. Huit hypermarchéss et huit magasins de proximité de l’enseigne participent à cette première expérience. En France, l’application Teeps, elle, met en relation des consommateurs en quête de repères et des passionnés. Via un chat, les seconds peuvent guider les premiers dans leurs achats, par leurs conseils gratuits et neutres, sur une marketplace de plus de 300.000 références. Un peu comme s’ils les accompagnaient lors de leur shopping… Si l’achat est finalisé, les passionnés perçoivent alors la moitié de la commission de Teeps qui varie de 15 à 30 %.

Qu’en penser ?

Bien qu’issues d’univers différents, ces deux initiatives viennent chacune à leur manière nous confirmer que les frontières entre l’offre et la demande sont bien devenues poreuses. Avec l’initiative de Carrefour en Belgique, le consommateur se met au service de l’enseigne en l’aidant à « livrer » ses clients et, ainsi, à résoudre l’enjeu stratégique pour elle des derniers mètres situés entre le Drive et le domicile. Avec Teeps, il devient « conseiller » d’une marketplace et se substitue ainsi aux vendeurs tout en répondant à une demande croissante de conversation de la part d’acheteurs potentiels désireux de mieux s’orienter dans l’offre qu’on leur propose. Des services initiés par l’offre, mais mis en œuvre par la demande qui dessinent autant de nouveaux rôles pour les consommateurs que pour le commerce. Le commerce de demain ne sera pas seulement impacté par la diffusion de nouvelles technologies ou par l’exploitation des données-clients, il naîtra aussi de la manière dont évoluera la relation entre les marques et leurs consommateurs, notamment de la capacité des marques à transformer les consommateurs en une communauté autonome capable de se substituer partiellement à elles dans la mise en œuvre de certains services ponctuels. Cela avait commencé par la possibilité offerte par certaines enseignes à leurs clients d’échanger entre eux leur avis via des forums mis à leur disposition. Cela va aujourd’hui un peu plus loin lorsque ces derniers se retrouvent à leurs côtés pour les aider à parfaire leurs services. Une nouvelle facette du « consomm’acteur ».


En bref

Imaginée par Leroy-Merlin, Enki est une application qui permet de regrouper tous les objets connectés de sa maison quelle qu’en soit la marque : alarme, prise, lumière, chauffage…

Patricia B. / L’Observatoire Cetelem


En bref

Ouistock.com est un site qui  en relation ceux qui ont de l’espace libre (à louer) et ceux à qui il manque de l’espace. En moyenne 80 euros par mois, assurance comprise.


 

En bref

OMyStay est le premier réseau privé de location entre particuliers basé sur le respect et la confiance puisque chaque logement est proposé par un membre de son réseau ou d’un réseau de ses réseaux. Une part des frais de service du site est reversée à une association et les membres sont incités à faire de même…

Valérie B. / Marketing France


Et aussi…

Selon une étude signée Monster menée par l’institut YouGov, 80 % des Millennials (les 18-36 ans) déclarent avoir fait au moins un compromis en acceptant leur poste actuel et 60 % se disent envieux des conditions d’entrée dans le monde du travail qu’ont connu leurs parents. S’ils avaient le choix, 50 % des Millennials français opteraient pour un statut de freelance et 47 % envisagent de créer leur propre entreprise. Une tendance nettement plus marquée qu’aux Pays-Bas (37 %), en Allemagne (31 %) ou au Royaume-Uni (30 %).


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.