Skip to content

Partager sa voiture ne signifie pas toujours s’inscrire sur un site de co-voiturage

OEIL-apostrophe-rougeVu à Paris

À Paris, depuis peu, Nissan propose à ses acheteurs de former des groupes de colocation (de 3 à 5 personnes) pour partager un véhicule neuf. Ils sont pour cela invités à se rendre sur un site dédié afin d’y préciser leur adresse et le type d’usage qu’ils comptent faire de la voiture. Un algorithme définira alors des groupes de conducteurs aux besoins complémentaires qui pourront louer ensemble une Nissan Micra neuve durant un an. Un loyer mensuel couvrira l’ensemble des dépenses, y compris l’assurance et l’entretien, et la contribution de chacun sera calculée en fonction de la fréquence d’utilisation du véhicule. Au quotidien, une application permettra de gérer une répartition équitable de la voiture entre les colocataires. Les premières voitures utilisant ce mode de colocation, intitulé Nissan Intelligent Get&Go, devraient entrer en circulation à partir du mois d’avril.

OEIL-apostrophe-rougeQu’en penser ?

Alors que, partout dans le monde, les constructeurs automobiles réfléchissent autant à la conception de leurs véhicules qu’à la relation que leurs acheteurs auront, demain, avec ceux-ci, le système de location proposé par Nissan apparaît comme particulièrement pertinent. Ni véhicule partagé par tout le monde, type Autolib’, ni véhicule loué par un propriétaire privé qui n’en aurait pas un usage permanent, Nissan vient d’abord rappeler qu’innover, c’est bien souvent se situer ente deux référents existants. Réponse à l’attente de tous les consommateurs plus soucieux de mobilité qu’attachés à la propriété, l’offre de Nissan ne se contente pas de mettre à disposition des véhicules à partager, elle incite à la constitution d’une micro-communauté construite selon la proximité géographique et des modes de vie de ses membres. Devenue organisatrice des relations de ses clients, la marque risque ainsi de se retrouver bien souvent au cœur de leurs conversations et de leurs attentions… Une autre manière de communiquer… Et si, faire de ses produits des « lieux de rencontres » et de ses consommateurs des « médias » porteurs de ses valeurs devenait le prochain défi marketing de chaque marque ?


oeil-boutique-02-violet-180

En bref

À Pau, au 11 de la rue des Cordeliers s’est ouvert « Ma boutique à l’essai » dans le cadre de la redynamisation du centre-ville : un espace de 45m2 qui permet à un commerçant en devenir de tester son idée.

OEIL-vu-par-violetGuillaume M. / Digital Lab


oeil-internet-08-rose-180

En bref

Instagram teste actuellement aux Etats-Unis un outil permettant d’afficher des informations relatives aux produits repérés sur la plateforme. Vingt enseignes sont partenaires de ce lancement. Les utilisateurs n’ont qu’à cliquer sur les images pour obtenir plus d’informations et être redirigés vers le site de la marque afin de finaliser l’achat.


oeil-boutique-10-bleu-180

En bref

La marque de chaussures australiennes UGG a imaginé un programme de fidélité original : le client ne reçoit pas seulement des points lors de l’achat ou de l’inscription au programme, mais aussi à chaque fois que des produits de la marque sont ajoutés à sa « wishlist » et lorsque celle-ci est partagée sur les réseaux sociaux.


OEIL-tendance-01-orange-100

Et aussi…

Selon une étude Nielsen publiée en décembre, les trois quarts de la population française possèdent au moins une carte de fidélité et 58 % d’entre eux sont inscrits à plus de trois programmes de fidélité différents. Malgré la possibilité d’avoir accès à des versions dématérialisées, les Français préfèrent encore scanner leur carte lors de leur passage en caisse. Concernant leur raison d’adhésion, les Français sont 62 % à citer les promotions et les produits gratuits. Les avantages non monétaires comme l’accès exclusif aux ventes (6 %), la reconnaissance en tant que client privilégié (4 %) et la proposition de personnalisation des produits et services (3 %) arrivent loin derrière…


OEIL-mot-du-mois-vert-100

Le mot du mois

Shrinkflation : procédé qui consiste à vendre au même prix un produit conditionné dont le poids a été réduit par le fabricant. Les tablettes de chocolat ne pèsent donc plus toujours 100 grammes et, au Royaume-Uni, les triangles des barres Toblerone sont, depuis peu, davantage espacées…

 


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
OEIL-vu-par-rouge signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.