Skip to content

Soutenir un événement culturel, ce n’est pas seulement participer à son financement

OEIL-vu-par-orangeEmmanuelle S. / Marketing digital

OEIL-apostrophe-orangeVu à Paris…

Après avoir présenté plusieurs collections capsule réalisées en partenariat avec des grands noms de la mode, H&M se rapproche aujourd’hui du musée des Arts décoratifs de Paris pour devenir l’unique mécène de son exposition «Fashion Forward, trois siècles de mode», qui a commencé le 7 avril. L’occasion pour l’enseigne de présenter sa collection Conscious Exclusive, inspirée par les archives du musée parisien, tant par ses motifs que par le choix de ses matériaux. Il y a environ un an, à New York, Uniqlo et le MoMa se rapprochaient eux aussi pour proposer une ligne de vêtements baptisée SPRZ NY (Surprise NY) inspirée des artistes présents dans le musée (Haring, Warhol, Basquiat…). Ce partenariat offrait, en outre, l’accès gratuit au MoMa pour tous, tous les vendredis soirs.

OEIL-apostrophe-orangeQu’en penser ?

Entre désir des consommateurs d’être sans cesse étonnés et volonté des enseignes de se différencier de leurs concurrents autrement que par leurs seules offres, jamais partenariats en tous genres n’auront été aussi fréquents. Il serait réducteur de ne considérer ces rapprochements que sous le seul prisme de la recherche de buzz. Ils sont aussi au service de la construction des marques qui les initient au même titre que les traditionnelles campagnes de pub. Ici, H&M ne se «contente» pas de soutenir une exposition, elle a aussi imaginé une ligne de vêtements inspirée par les archives du musée des Arts décoratifs qui vient nourrir sa mission de marque. L’enseigne se dote ainsi d’une valeur immatérielle, attractive et accessible. A travers ses vêtements, elle cherche à susciter la curiosité et contribue à diffuser une culture. Elle incite ses clients, plutôt spontanément intéressés par la mode, à en savoir plus et à se rendre à une exposition. Elle nourrit une passion plus qu’elle ne cible une population et devient ainsi un passeur, un «transmetteur» d’intérêts. Une autre manière de se doter d’un rôle social.


OEIL-boutique-08-vert-180

En bref

Google teste actuellement une nouvelle solution de paiement baptisée «Hands Free» qui permet de payer sans avoir à sortir son Smartphone, ni tout autre moyen de paiement. Il suffit de dire «I’ll pay with Google» et de communiquer ses initiales à la caisse.

OEIL-vu-par-vertMonique B. / Etudes stratégiques & Innovation


OEIL-mode-07-bleu-180

En bref

Leclerc a récemment ouvert dans deux de ses magasins des corners E. Leclerc Styl’ qui permettent de personnaliser une large variété de produits, notamment textile. Le concept est visible à Caudry et à Fagnières.


OEIL-ville-05-rouge-180

En bref

Monoprix propose, depuis peu, une gamme «Made in pas très loin d’ici» : bières de la Goutte-d’Or, yaourts d’Argenteuil, biscuits de Crespières et quelques 150 autres produits fabriqués dans Paris et sa région. L’enseigne déclinera la même logique, d’abord en PACA et en Languedoc-Roussillon, puis dans toutes les régions de France d’ici fin 2016.


OEIL-tendance-01-rose-100

Et aussi…

Question(s) Conso, le nouveau rendez-vous mensuel de L’Observatoire Cetelem, pointe ce mois-ci les déterminants de la confiance dans les aliments consommés. Plus la proximité est grande (production locale/nationale) plus la confiance est grande. C’est le critère numéro 1 pour 42% des Français interrogés devant la provenance et les conditions de fabrication et d’élevage (38%). À l’inverse, seules 14% des personnes interrogées considèrent que la marque est le critère principal pour la confiance dans les produits alimentaires. Cette proximité plébiscitée se retrouve également dans les circuits de distribution puisque 74% des Français font confiance aux magasins de proximité contre 52% pour les grandes surfaces. L’écart est également marqué dans la confiance exprimée entre les produits non transformés (82%) et les produits transformés (40%).

Accéder à l’intégralité des résultats du sondage OpinionWay


OEIL-mot-du-mois-violet-100

Le mot du mois

Glomad : qualifie tous ceux qui ne sont jamais chez eux, mais qui se sentent «partout chez eux». Un Glomad voyage sans cesse et librement, ne reste que quelque temps dans un même endroit et se caractérise par le nombre d’expériences qu’il a vécues. Les travailleurs à distance, ainsi qu’une partie de ceux qui travaillent dans le monde digital, constituent cette population.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
OEIL-vu-par-orange signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.