Skip to content

Des hypermarchés de demain seront des lieux de découverte et d’apprentissage

Vu à Luxembourg 

A Luxembourg, Auchan teste actuellement son nouveau concept de distribution baptisé Lifestore. Situé au centre commercial de la Cloche d’Or et doté d’une superficie de 12 000 mètres carrés, il surprend par ses parti pris innovants : les caisses de sortie sont réparties en plusieurs endroits, certaines allées sont courbes, une brasserie de 90 couverts est présente (pouvant accueillir des masterclass de cuisine) ainsi qu’un aréna conçu pour des animations culturelles. L’offre est répartie en trois halls (Le goût du bon, Bien au quotidien et La maison) aux mises en scène soignées et expérientielles. On y trouve des salades et aromates proposés à la cueillette dans des serres hydroponiques gérées par la start-up In Farm, des solutions zéro déchet associant produits en vrac et bouteilles réutilisables imaginées avec Jean Bouteille ainsi qu’un service de confection et de personnalisation de vêtements en partenariat avec Bouton Noir. De nombreux coachs (sportifs, diététique), personal shoppers et même « welcomers » sont également présents…

Qu’en penser ?

Au moment où toutes les enseignes de grande distribution s’interrogent sur leur modèle du futur, Auchan vient ici apporter sa réponse : les hypermarchés de demain seront des lieux de destination, de découverte et d’apprentissage où la restauration jouera un rôle central. Il ne s’agira pas, comme aujourd’hui, d’une restauration rapide et fonctionnelle conçue comme une pause au sein du moment shopping, mais d’une opportunité pour les hypermarchés de mettre en scène leurs valeurs et leurs manières de faire. Les origines des produits, leurs conditions de production, la préservation d’une économie locale ou d’un savoir-faire s’exprimeront ainsi concrètement dans l’assiette. L’autre mutation résidera dans la présence renforcée de services : les clients de demain seront moins seuls qu’aujourd’hui face aux linéaires et bénéficieront de tous les conseils et assistance qu’ils attendent pour apprendre à mieux manger et mieux connaître l’histoire des produits qu’ils achètent. Enfin, il ne sera pas rare de croiser des start-ups dans les allées des hypermarchés de demain, manière de venir rappeler que le « vieux monde » et le « nouveau monde » ne s’opposent pas, mais trouvent chacun un intérêt à se rapprocher. Modernité contre notoriété : qui pourrait être contre ? Vivement demain.


En bref

A Saubion, dans les Landes, une librairie de livres d’occasion est installée dans les arbres à trois mètres du sol ainsi qu’une cabane pour des ateliers. Baptisée « Sur un livre perché », elle est ouverte durant les vacances scolaires et le week-end.


En bref c

Les clients des H&M néerlandais peuvent désormais payer leurs achats deux semaines après l’achat. Ceux qui changent d’avis peuvent les rendre gratuitement.


En bref

Depuis cet été, les habitants de quatre villes du Royaume Unis (Cambridge, Birmingham, Brighton, et Londres) ont la possibilité de se faire livrer des pizzas préparées par Sainsbury’s via Deliveroo. Une première.


L’attrape œil  

Le paiement par mobile, qui était annoncé comme devant peut-être se substituer rapidement au paiement par carte, reste extrêmement marginal : moins de 1 % des paiements sans contact, selon le dernier rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, placé sous l’égide de la Banque de France. Les paiements sans contact représentent, eux, 21 % des paiements de proximité, il s’agit pour l’essentiel de l’usage de la carte.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.