Skip to content

Du pouvoir d’achat au pouvoir de bien acheter

Vu à Amsterdam

A Amsterdam, les clients du supermarché Albert Heijn peuvent désormais y commander des repas chauds qui leur sont préparés sur place, puis livrés dans la demi-heure par Deliveroo. Tous les plats proposés contiennent au moins 200 grammes de légumes. Avec cette initiative, baptisée Allerhande Kookt, l’enseigne franchit une étape supplémentaire dans le food service. En France, aucune enseigne de la grande distribution ne néglige l’offre de restauration. Franprix, qui propose déjà des bars à salades, a imaginé le 4 Casino (4, avenue Franklin Roosevelt, à Paris) dans cet esprit, Auchan communique sur son service traiteur et Picard teste actuellement sa nouvelle génération de magasins où il est possible de réchauffer et de manger ce que l’on vient d’y acheter.

Qu’en penser ?

Face à des consommateurs qui, pour leurs courses du quotidien, délaissent de plus en plus les magasins du monde réel au profit des sites d’achats en ligne, les enseignes de la grande distribution tentent de nouvelles propositions pour maintenir leur désirabilité autant que leur place dans le paysage. Avec son offre de repas chauds et équilibrés, préparés sur place puis livrés à domicile, Albert Heijn réinvente son métier de distributeur en allant plus loin que l’offre actuelle des rayons traiteurs des grandes surfaces. L’enseigne s’immisce en effet sur le territoire des restaurants, ce qui lui permet de valoriser le savoir-faire des métiers réunis dans son magasin et de réinterpréter (sans le remettre en cause) l’habituel triptyque prix-choix-qualité qui sert d’appât au secteur… Ces trois promesses cessent ainsi d’être seulement descriptives de son offre pour se mettre au service d’une des principales attentes actuelles des consommateurs dans le domaine alimentaire : mieux manger pour s’assurer bien-être et santé. Quoi manger ? Comment associer les aliments ? Comment les choisir ? Ces questions sont si présentes dans les esprits que leur apporter une réponse peut constituer l’opportunité d’une nouvelle prise de parole pour les enseignes. Le pouvoir d’achat ne va-t-il pas ainsi devenir, au fil du temps, le pouvoir de bien acheter ? Le prochain combat des enseignes sera autant dans l’assiette que dans le caddy.


En bref

Après avoir racheté la pâtisserie milanaise Marchesi 1824, Prada ouvrira courant avril sa première réplique de ce magasin, à Londres, dans le quartier huppé de Mayfair.


En bref

Présenté au dernier Salon de Genève, le concept Fiat Centoventi (imaginé pour les 120 ans de la marque) est une petite citadine électrique qui offre la possibilité de choisir le nombre de batteries en fonction de ses besoins et de son budget. De une à quatre batteries, chacune offrant 100 km d’autonomie.


En bref

Dans le nouveau flagship des Galeries Lafayette, récemment ouvert sur les Champs-Elysées, les personal stylists à la disposition des clients ont été formés dans une académie mise en place en partenariat avec l’Institut Français de la Mode.


L’attrape œil  

Selon une étude menée par la marketplace dédiée à la seconde main Thredup, une femme sur quatre compte arrêter la fast-fashion en 2019. Sur les plus de 1 000 femmes interrogées, 58 % comptent essayer de générer moins de déchets cette année et 84 % affirment vouloir acheter des produits plus durables. 42 % veulent réduire leur production de déchets en achetant des articles de seconde main.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.