Skip to content

Et si le commerce s’envisageait comme un terrain de jeux ?

Vu à Paris  

En septembre dernier, pour fêter ses 60 ans, Franprix offrait à 60 de ses clients la possibilité de participer à un escape game dans un de ses magasins parisiens entre 20h et minuit. Leur défi était de répondre à des énigmes en 60 minutes… Fin octobre, Kenzo organisait sur son site un jeu vidéo où les fans de la marque devaient s’affronter pour emporter une des cents paires disponibles de son ultime modèle de sneaker. Le mois dernier, la très sérieuse enseigne allemande d’arts de la table Zwilling avait imaginé une enquête façon Cluedo dans son magasin du quartier de la Madeleine à Paris. Pour savoir qui avait perpétré le « crime » parmi les cinq « suspects », il fallait circuler dans la boutique et ne pas hésiter à solliciter les conseillers de vente… Quant au centre commercial des 4 temps, il organisait récemment une chasse aux trésors à l’occasion des 90 ans de Mickey…

Qu’en penser ?

Mues par le désir de toujours proposer de nouvelles expériences à leurs clients, les enseignes tentent de capter l’engouement actuel pour les jeux de pistes et les escapes games. Puisqu’il est désormais possible de tout acheter sur Internet, associer des moments singuliers à leurs espaces de vente peut constituer une bonne manière d’inciter à s’y rendre. Et proposer d’y jouer peut être encore plus motivant. Pour attirer leurs clients fidèles qui entretiennent avec elles des relations souvent passionnées, pas très éloignées de celles qui animent les supporters sportifs. Pour séduire les plus jeunes, aussi, habitués aux battles en tous genres. Ou encore pour suggérer à un public plus large une nouvelle manière d’envisager la consommation, plus légère, plus ludique, plus partagée et, bien sûr, moins centrée sur les prix… On oppose fréquemment le monde réel au monde virtuel, mais oppose-t-on aussi souvent le ludique au « normal » ? Et si le ludique devenait le nouveau normal d’une distribution qui a parfois du mal à attiser le désir ? Idéal pour aider les consommateurs à renouer avec l’esprit de découverte et pour toutes les marques désireuses de faire émerger un sentiment d’appartenance communautaire.


 

En bref

Lego propose désormais certaines de ses célèbres pièces de jeux en polyéthylène végétal obtenu à partir de canne à sucre. La marque assure qu’elles ont les mêmes qualités de résistance et de durabilité que les autres… Son ambition est que l’ensemble de la production soit durable d’ici 2030.

Maïlys K. / L’Observatoire Cetelem


En bref

Ikea a annoncé que, d’ici 2020, ses livraisons à domicile s’effectueront en véhicules électriques à Amsterdam, Los Angeles, New York,Paris et Shangai. L’enseigne a également prévu que ses magasins, ses bureaux et ses centres de distribution soient tous équipés de bornes de recharges d’ici à 2020.


En bref

Amazon serait en passe d’étendre sa gamme de produits compatibles avec son assistant vocal Alexa. D’après CNBC, le géant du e-commerce développerait pas moins de huit appareils connectés, dont un four à micro-ondes.


L’attrape Œil

La génération Tanguy n’existe pas, c’est ce que nous montre le baromètre sur la jeunesse 2018. Si quatre jeunes sur dix de 18 à 30 ans habitent chez leurs parents, une large majorité aspire cependant à un logement autonome. Sans surprise, les principaux freins identifiés sont liés au coût du logement et de la vie (40%) et le besoin d’une certaine stabilité professionnelle (32%). A défaut de pouvoir se payer leur propre logement, un tiers des répondants passerait par l’étape intermédiaire du « multi-résidentiel ». (Etude réalisée par le Credoc et l’Injep auprès de 5 000 jeunes de 18 à 30 ans, février 2018.)


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.