Skip to content

Et si on s’abonnait à une enseigne ?

Vu en France

Bien qu’il ait vendu 545 de ses magasins Leader Price à Aldi, le groupe Casino n’a pas pour autant renoncé à la marque distributeur qui lui était attachée (toujours disponible dans les enseignes Casino et Franprix ainsi que dans les 200 supermarchés restants) pour laquelle il a imaginé une offre inédite. Baptisée Le Club Leader Price, elle concerne une sélection de produits à commander en ligne, toutes catégories confondues, mais essentiellement sous la marque Leader Price, dont la moitié est éligible à un abonnement. Les clients qui choisissent ces produits bénéficient d’une remise de 10% et doivent préciser la fréquence de livraison qu’ils désirent dans un intervalle maximum de 12 semaines.

Qu’en penser ?

Face à la multiplication des formats et à la concurrence du net, chaque enseigne multiplie les initiatives pour s’assurer la fidélité de leurs clients. Outre les programmes dédiés aux propositions de plus en plus individualisées, le principe de l’abonnement, encore rare, pourrait s’avérer être une solution très efficace. D’une part, parce qu’une grande partie des achats quotidiens est fondée sur la répétition, ce qui permet à ce principe de s’inscrire facilement dans les habitudes. D’autre part, parce que, associé à des remises, l’abonnement devient le signe de la reconnaissance par une enseigne de l’engagement de ses clients, engagement qu’elle peut ensuite venir nourrir par des messages ciblés. En associant une large part de l’abonnement à ses propres produits, Leader Price vient aussi les valoriser et modifier la perception de ceux qui sont souvent vus comme des imitations de marques nationales. L’image de ses produits, l’implication de ses clients et sa relation avec ceux-ci, c’est toute la dimension relationnelle d’une enseigne qui est impactée par l’abonnement.


En bref

L’Adidas UltraBoost DNA X LEGO est une paire de running personnalisable grâce aux petites briques de la marque danoise.


En bref

Mattel teste actuellement un programme de collecte et de recyclage des jouets de ses marques Barbie, Mega et Matchbox. Grâce à un envoi prépayé, les parents sont invités à renvoyer les jouets qui ne sont plus utilisés plutôt que les jeter.


En bref

Début juin, Citroën a lancé My Ami Cargo, une version utilitaire de son petit véhicule électrique de deux places, destinée aux professionnels de la restauration et aux commerçants convertis au e-commerce. La place passager a été supprimée pour créer un espace dédié au chargement.


L’Œil dans le rétro

En décembre 2010, l’Œil repérait en Suisse une initiative de l’enseigne Migros aussi novatrice qu’annonciatrice du futur du commerce…

Enseigne participative
Le fait

Proposée depuis peu par l’enseigne suisse Migros, Migipédia (en version beta) est une plate-forme en ligne ouverte aux consommateurs désireux de donner leur avis, de poser des questions et d’exprimer leurs souhaits concernant plus de 5 000 produits proposés par l’enseigne. Jusqu’au 18 novembre dernier, les clients de l’enseigne étaient même invités à proposer leurs propres idées de produits… celles qui ont recueilli le plus de voix seront récompensées et, peut-être, produites…

L’analyse
Initiative aujourd’hui innovante, le lancement par une enseigne, et non des moindres, d’une plate-forme d’échanges est sans doute précurseur d’une modification profonde de la nature de la relation enseignes/clients. Pour les premières, les seconds ne seront en effet plus seulement considérés comme des consommateurs en quête permanente de bonnes affaires, mais comme des émetteurs d’opinions et des « sources » de partage d’expériences communautaires. La mission des enseignes consistera alors autant à mettre à la disposition de leurs clients un grand choix de produits de qualité au meilleur prix qu’à les inciter à exprimer leurs points de vue sur leurs engagements ou les produits qu’elles leur proposent. Une mission que les enseignes endosseront d’autant plus volontiers qu’elle leur permettra d’acquérir des informations sur les attentes et les préférences de leurs clients, voire de repérer parmi eux des « experts » ?