Skip to content

La rareté a toujours été le premier déclencheur de l’envie. Les réseaux sociaux l’ont bien compris…

Vu sur le net

Né dans le monde du luxe, le drop consiste à « parachuter » sur le marché une petite quantité de produits exclusifs après avoir pris soin de communiquer quelques semaines avant sur le jour de l’opération et la quantité livrée à travers un leaks (fuite d’informations) parfaitement contrôlé. L’attente des fans devient alors aussi forte que les perspectives escomptées de revente à prix élevé sur les réseaux. La technique, mise au point par la marque de streetwear Supreme, et à l’origine de son succès, fut ensuite reprise par bon nombre de marques de luxe comme Moncler, Tod’s, Gucci, Balenciaga ou Vuitton. Elle est aussi régulièrement appliquée par Lidl lorsque l’enseigne met en vente un produit exceptionnel, qu’il s’agisse d’un robot culinaire ou, dernièrement, d’une paire de baskets vendue 20 euros… qui s’est retrouvée sur les réseaux à cent fois son prix quelques jours plus tard…

Qu’en penser ?

Symboles d’une société de consommation dominée par les excès, les drops ne sont pourtant pas dénués de vertus. Version actualisée des « ventes flash » et des séries limitées, ils contribuent tout d’abord à faire naître chez ceux qui les acquièrent un sentiment d’exclusivité et d’appartenance très valorisant sur les réseaux sociaux. Ils génèrent aussi une dose d’adrénaline que tout consommateur d’aujourd’hui recherche pour donner un peu d’aspérité à sa consommation, voire à sa vie. Ils offrent aux marques qui en sont à l’origine une forte désirabilité (non négligeable), la possibilité de mieux cerner les goûts et les attentes de leurs clients (en testant de nouvelles propositions avant d’envisager leur développement) ainsi que l’opportunité d’attirer dans les magasins du monde réel des millennials et des Gen Z plutôt familiers des achats digitaux. Enfin, puisqu’ils n’entraînent ni stocks, ni surproduction, les drops sont compatibles avec les préoccupations actuelles de responsabilité environnementale. Lidl a bien compris leurs vertus pour modifier son image. Qu’attendent les autres ?


En bref

Installé depuis début octobre dans le centre commercial Labège 2 de Toulouse, Marquette est un magasin de 300 mètres carré qui ne vend que des marques nées sur le Web.


En bref

Depuis fin novembre, l’enseigne de jouets Oxybul propose, dans six de ses magasins, des rendez-vous en visio avec un vendeur présent sur le lieu de vente. Le rendez-vous est fixé pour une durée de 30 minutes.


En bref

BMW a conçu, en collaboration avec la start-up israélienne Tactile Mobility, un système de capteurs capables d’analyser l’état des routes, la vitesse des roues, leur angle, le nombre de tours par minute, l’état des freins et du moteur ainsi que la suspension de la voiture. Cette innovation sera intégrée à tous les modèles de la marque dès 2021.

 


L’attrape Œil

Selon un sondage Yougov qui établit un classement des marques favorites des 18-24 ans, Netflix occupe pour la quatrième année consécutive la première place du classement (80%) des marques préférées des Français âgés de 18 à 24 ans. L’enseigne McDonald’s occupe la deuxième place avec 71% des suffrages. Viennent ensuite Apple et Vinted (69% et 67%). La plateforme de vente et d’achat d’occasion Vinted apparaît pour la première fois dans ce top 5 qui se finit par Facebook.