Skip to content

Le smart discount : des prix bas et des envies

Vu à Paris 

Alors que les magasins appartenant aux acteurs historiques du prêt-à-porter tendent à se raréfier dans les centres-villes, deux types d’offres semblent, au contraire, se développer : les enseignes de vêtements vintage (Kiloshop ou Mad Vintage qui a récemment ouvert un magasin rue de Rivoli, à côté du BHV…) et les « nouveaux bazars », ces enseignes à petits prix comme Hema, Flying Tiger Copenhagen ou Sostrene Grene. Le 16 août dernier s’est ainsi ouvert à Paris, passage du Havre, près de la gare Saint-Lazare, le premier magasin de la chaîne danoise de distribution Normal. Dans ce magasin de 300 mètres carrés à la tonalité ludique sont proposés des produits d’hygiène, d’entretien, de cosmétique ou d’alimentation signés L’Oréal, Gilette, Elisabeth Arden, Mars ou Colgate à des prix ultra serrés, ainsi que des marques moins connues, mais aperçues dans des séries télé par exemple. Des produits normaux à des prix anormalement bas, comme l’affirme la communication de l’enseigne. Dans la semaine qui a suivi, deux autres adresses ont été inaugurées dans les centres commerciaux de Rosny 2 et Belle Epine…

Qu’en penser ?

Comment s’étonner que les enseignes de vêtements vintage ainsi que les « nouveaux bazars » aient aujourd’hui les faveurs des consommateurs ? Face à des offres qui finissent par toutes se ressembler et à une politique de soldes permanente qui a conduit à mettre en doute la valeur réelle des produits, elles incarnent une forme de consommation alternative où les envies ne sont plus bridées par des prix trop élevés et grâce à laquelle il est facile d’exprimer sa créativité. Et si, en plus, elles sont porteuses d’un discours « responsable », l’équation n’en est que davantage gagnante. Au moment où Tati annonce son retrait du marché, cette nouvelle génération d’enseignes vient d’abord nous rappeler que « les prix les plus bas » ne suffisent plus pour attirer. Mieux encore : que ce ne sont pas eux qui constituent la première motivation d’achat qui est ici d’accéder à une offre dans l’air du temps. Elles viennent aussi nous signifier que plus aucune offre ne doit donner le sentiment de s’adresser à une population particulière. Chacun doit pouvoir s’y projeter, quelle que soit son appartenance sociale. Elles sont enfin la parfaite illustration qu’il est devenu stratégique pour les enseignes de savoir mettre en scène la rareté et l’inattendu pour stimuler les achats d’impulsion et donner de nouvelles raisons d’acheter. Accessible, trendy et inattendue, toute la différence entre une offre discount et smart discount…


En bref

La chaine de supermarchés néerlandais Ekoplaza vient d’inaugurer un magasin 100 % sans plastique offrant plus de 700 références emballées par un film naturel et biodégradable qui se décompose après 12 semaines d’existence.


En bref

Nissan a imaginé un camion 100 % électrique, doté de panneaux solaires et de batteries recyclées, destiné aux marchands de glaces ambulants. Il est également équipé d’un module de paiement sans contact ainsi que d’un système de géolocalisation lui permettant de repérer les clients.


En bref

Uber a présenté une nouvelle fonctionnalité pour ses utilisateurs américains premium : la possibilité de cocher une option pour que le chauffeur se taise…


L’attrape œil  

Selon une étude internationale réalisée par Kingfisher en collaboration avec l’Institut de recherche sur le bonheur (13 500 personnes interrogées, dont plus de 2 000 Français), la santé et le logement arriveraient en tête, bien après le salaire et le statut professionnel pour éprouver le bonheur. Et si le fait d’habiter en ville ou à la campagne fait peu de différence, l’accès à un espace végétalisé, comme un jardin privé ou public ou un balcon, est perçu comme très important dans cette quête.


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.