Skip to content

Le succès actuel des offres de repas en kits est peut-être le signe de nouvelles attentes de la part des consommateurs…

Vu en France 

Difficile d’ignorer l’existence des boîtes-repas livrées à domicile. D’un côté, celles qui s’adressent aux individus préoccupés par leur poids. Elles s’appellent Comme j’aime, Mon Panier Minceur, Kitchendiet, Régime Box ou encore DietBon et leur cible n’exclut personne. De l’autre, celles qui visent tous ceux qui ne veulent pas cuisiner comme leurs parents… Elles se nomment Foodette, Quitoque, Les Commis, Rutabago (qui a signé un partenariat avec Biocoop…) ou HelloFresh et l’on comprend à leur seul énoncé qu’elles espèrent un public urbain aisé que l’on pourrait vite qualifier de « bobos », mais qui est sûrement plus large que cela. Le point commun de toutes ces propositions réside dans leur forte présence dans les médias ou sur les réseaux et dans leur mode de fonctionnement par abonnements, manière pour elles de prendre pied dans nos habitudes…

Qu’en penser ?

La multiplication soudaine des propositions de boîtes repas (souvent appelées box…) ne doit rien au hasard. Quelle que soit leur origine ou leur vocation, elles viennent habilement répondre à plusieurs attentes fortes du moment. Tout d’abord, à l’absence de temps (déclaré) à consacrer aux courses ou à la préparation des repas, au manque d’envie, d’idées, voire de compétences, arguments depuis toujours associés à la cuisine, mais qui deviennent plus difficiles à assumer quand l’environnement ne cesse de prôner le bien-manger et érige la cuisine comme une activité créative et ludique. Les préoccupations écologiques ne sont pas non plus étrangères au succès de ces offres puisqu’elles proposent des ingrédients juste proportionnés et souvent issus de producteurs locaux comme réponse aux attentes de consommateurs de plus en plus attentifs aux origines de ce qu’ils mangent et désireux de moins gâcher. Mais la clé du succès de ces box tient aussi sans doute à la perspective de transformation de soi qu’elles portent, qu’il s’agisse de maigrir ou d’apprendre de nouvelles recettes. S’étonner soi-même de ce que l’on a réussi à faire, gagner en confiance, se sentir mieux, éprouver le sentiment ultra valorisant de progresser ne sont-elles pas devenues les ultimes promesses que les consommateurs veulent entendre ?


En bref

À Bruxelles, dans la nouvelle concession Skoda, les visiteurs du magasin peuvent non seulement découvrir les (derniers) modèles de la marque automobile, mais également des solutions de mobilité comme des vélos pliants ou des scooters électriques.


En bref

Dans le magasin Franprix de la rue de Réaumur (Paris 2), il est possible de cuisiner son propre repas. Quatre plaques de cuisson sont à disposition ainsi qu’un réfrigérateur, un évier, un four, des casseroles et une batterie d’ustensiles. Le lieu, actuellement en test, n’est accessible qu’aux porteurs de la carte de fidélité de l’enseigne.


En bref

Le groupe LVMH possède désormais sa chaîne YouTube dédiée à ses fans qui peuvent y découvrir ses coulisses ainsi que les témoignages de ses différentes égéries.


L’attrape Œil

En moyenne, les Français déménagent 5 fois dans leur vie, et plus de 4 Français sur 10 souhaitent changer de logement d’ici 5 ans, selon une étude de l’institut Harris Interactive pour le Conseil supérieur du notariat (menée auprès d’un échantillon de 1 500 personnes en juillet dernier). L’âge moyen du premier achat d’une résidence principale était de 38 ans en 2017, il est aujourd’hui de 32 ans…


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.