Skip to content

Les enseignes préférées des Français ne sont que le reflet de leurs attentes

Vu sur le net  

Comme chaque année depuis 2010, le cabinet OC&C a publié son classement des enseignes préférées des Français. Soit, par ordre décroissant et pour les cinq premières places : Grand Frais, Décathlon, Cultura, Picard et Fnac. La première enseigne bio a y faire son apparition, en sixième position, est Biocoop, ce qui prouve la percée du vert dans les préoccupations du moment. Autre fait notable : l’absence d’acteurs du e-commerce parmi les dix premières enseignes. Amazon, qui figurait pourtant en tête du classement en 2012, 2013, 2015 et 2016, est aujourd’hui reléguée en douzième position.

Qu’en penser ?

Lire la liste des enseignes préférées des Français, c’est autant apprendre sur leurs préférences que saisir leurs attentes du moment. La présence de Grand Frais en tête ne doit rien au hasard : elle est la confirmation de la place aujourd’hui prise par la question des origines dans les préoccupations des consommateurs. Grand Frais met en scène le circuit court, valorise la production locale, reproduit l’ambiance du marché. Comment ne pourrait-elle pas séduire ? La disparition d’Amazon des dix premières places est aussi révélatrice d’une mutation : désormais, l’entreprise est autant évaluée que la marque. Amazon n’est pas qu’un site de e-commerce, c’est aussi une entreprise dont l’image est, pour certains, affaiblie lorsque sont évoquées les conditions de travail de ses salariés. Sa relégation dans le classement vient nous dire que les consommateurs intègrent désormais la dimension sociale de l’entreprise dans leurs actes d’achat. Ce classement nous renseigne enfin sur une attente de contact direct de la part des consommateurs. Chacune des enseignes citées ici a une offre spécifique, exclusive, qu’il s’agisse d’un produit, d’un service ou d’une ambiance. Quelle est la spécificité d’Amazon ? Ses prix, son choix, ses délais de livraisons ? Assez pour déclencher un acte d’achat. Pas assez pour créer un imaginaire. Ne lui manque-t-elle pas, pour y parvenir, un contact physique avec ses clients ? Un contact hautement recherché par de nombreux acteurs du e-commerce si l’on en juge par le nombre d’entre eux qui ouvrent des magasins ou des pop-up stores dans le monde réel…


 

En bref

Mon P’tit Decat’ est un petit container itinérant imaginé par Décathlon afin de se rapprocher de ses clients et coller au plus près aux événements et aux lieux de pratiques sportives. Une sélection de produits y est proposée ainsi que des bornes permettant aux clients de commander leurs produits.

Guillaume B. / Ressources humaines


En bref

Lors du salon Automobility de Los Angeles qui s’est déroulé du 26 au 29 novembre dernier, Volvo a fait le choix de ne présenter aucun modèle sur son stand. Seul un message sous forme de création artistique y figurait : This is not a car.

Ronan P. / Automotive Financial Services


En bref

Un bâtiment composé de deux tours (la plus haute fera 24 mètres) et dédié à la culture maraîchère est en cours de construction à Romainville, à proximité du centre-ville. Au printemps 2019, ce lieu unique en France accueillera une exploitation maraîchère, un centre de ressources et des espaces ouverts à tous les publics.


L’attrape œil

Le tatouage serait-il l’attribut de la jeune génération ? Comme le révèle la dernière enquête des zOOms de L’Observatoire Cetelem, « Embelli, personnalisé, le corps comme expression de soi », 68% des 18 à 24 ans en ont une bonne image contre 43% en moyenne et seulement 8% chez les plus de 65 ans. Près de 6 personnes âgées de moins de 35 ans sur 10 envisagent également de se faire tatouer. (Enquête d’Harris Interactive réalisée du 16 au 18 octobre 2018 sur un échantillon de 1 000 personnes.)


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.