Skip to content

Les nouvelles figures du commerce

Vu en France et au Royaune-Uni

Pour soutenir le commerce, la Métropole du Grand Nancy a lancé une plateforme de e-commerce baptisée Achetez-GrandNancy accessible à toutes les boutiques de la région. 50 commerces y sont déjà référencés. Les commandes sont mises à disposition en magasins ou livrées à vélo. Depuis le début du mois, les enseignes du groupe Casino (Franprix, Monoprix, Géant) sont progressivement référencées par l’application Deliveroo pour assurer des livraisons en trente minutes (1500 magasins intégrés à l’horizon 2021). En avril dernier, Carrefour s’était rapprochée de Uber Eats pour les mêmes raisons. Chez Franprix, Auchan et Carrefour, des produits Décathlon sont désormais disponibles et C&A vient d’annoncer qu’elle sera, cet été, présente dans sept hypermarchés Géants Casino. Au Royaume-Uni, Nestlé et Deliveroo se sont associées pour livrer à domicile snacks, friandises et café. Enfin, à Londres, Harrods s’apprête à louer un vaste espace dans le centre commercial Westfield London pour pouvoir accueillir ses clients durant ses soldes tout en respectant les contraintes sanitaires. Jamais les lois du commerce n’ont été autant réinventées.

Qu’en penser ?

Face aux contraintes imposées par la crise sanitaire, les enseignes ont imaginé des solutions innovantes marquées par le pragmatisme qui n’auraient sans doute jamais vu le jour autrement. Une façon de préserver leur activité autant que de renouveler leur relation avec leurs clients car chaque crise est une incitation à la réinvention de soi et au dépassement de ses limites. C’est un commerce plus agile et plus coopératif qui se dessine à travers les initiatives repérées ici. Quatre figures émergent plus particulièrement. Les enseignes gigognes qui accueillent d’autres offres que les leurs, manière de mutualiser leurs valeurs et leurs clients. Les enseignes mobiles qui font appel aux applications de livraison de repas pour gagner la bataille du dernier kilomètre et de la livraison rapide. Les enseignes globalisées qui fédèrent des magasins appartenant à un même territoire géographique et captent ainsi l’envie de consommation citoyenne. Et les enseignes dédoublées qui ouvrent un second lieu pour pouvoir accueillir sereinement leurs clients pour un événement (les soldes), sorte de pop-up store nouvelle génération. Ces figures ne sont pas qu’une réponse tactique aux exigences du moment, elles risquent de perdurer tant elles offrent de nouvelles opportunités de développement et viennent enrichir la perception et le rôle de ceux qui en sont à l’origine. Le monde «d’après» est déjà là pour ceux qui savent le voir…


En bref

Les clients de certains Monoprix peuvent désormais utiliser la solution imaginée par la startup Lineberty : choisir, depuis leur mobile, un créneau horaire, puis, recevoir un ticket virtuel à présenter pour accéder à leur magasin sans attendre.


En bref

En Belgique, l’application ShopSafe renseigne sur la fréquentation d’un lieu de vente en temps réel à partir du nombre de téléphones actifs autour du lieu. Une information transmise par un opérateur télécom.


En bref

Pour les fans de la marque, Porsche propose des fonds pour téléconférences représentant les sièges de ses véhicules.


L’attrape Œil 

La vie d’après ne sera pas tout à fait celle d’avant, c’est ce que déclare une large majorité (67%) de Français, 3 semaines après le déconfinement, dans la dernière enquête des zOOms de l’Observatoire Cetelem sur le suivi de la crise sanitaire. Les changements toucheront principalement la façon de consommer (52%) et de travailler (55%). En revanche, le souhait de retrouver les modes d’interactions sociales de la vie d’avant est sensible (66%). (Enquête réalisée par Harris Interactive les 3 et 4 juin 2020. Échantillon de 1 038 personnes.)


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.