Skip to content

Les stations de divertissement comme nouvelles formes de stations-services

Vu aux Etas-Unis

Le constructeur américain de voitures électriques haut de gamme Tesla a récemment annoncé sa volonté d’ouvrir des bars, des restaurants, des self-services et même des drive-in autour de ses stations de recharge pour le moment installées sur des parkings. Son premier projet devrait voir le jour à Santa Monica, en Californie, où la marque dispose d’un immense Supercharger composé de 62 stations. Il comprendra un restaurant type diner des années 50 et un cinéma en plein air avec plus de 100 films à l’affiche…

Qu’en penser ?

À la manière des compagnies pétrolières qui ont progressivement fait évoluer leurs stations-services en espaces de restauration puis en superettes (pour des produits de première nécessité et locaux) et en aires de repos, Tesla imagine d’associer ses stations de recharge à des moments de détente et de loisirs. Une manière pour la marque de transformer la contrainte que représente le temps de recharge nécessaire à ses véhicules en proposition de moments conviviaux. Car Tesla n’est pas seulement, à la fois une marque automobile et le fournisseur de l’énergie de ses véhicules, elle est aussi et surtout le signe d’un certain style de vie marqué par des valeurs et un fort désir de différenciation de la part de ses acquéreurs. Contrairement aux autres marques automobiles, ce n’est pas son histoire qu’elle veut rappeler et valoriser à travers ses prises de parole, mais sa capacité à produire de la différence en inventant de nouveaux rites à partir de ses innovations technologiques. Dans ses stations de divertissement, chaque propriétaire de Tesla pourra ainsi, une fois encore, ressentir son appartenance à un monde porteur d’une part de futur…


En bref

Du 14 au 16 octobre dernier, Leboncoin avait ouvert un espace éphémère au cœur de Paris où deux influenceuses dévoilaient une sélection de produits dénichés sur le site. Pour la première, des vêtements et accessoires et, pour la seconde, de la décoration. Le tout était vendu au profit de deux associations.


En bref

Amazon.fr est désormais doté d’une page baptisée « Fabriqué en France » où, sous une entête tricolore, sont proposés des produits allant de la mode à la beauté, en passant par des articles de cuisine, épicerie, jouets, ou encore fournitures de bureau, jardinage ou bricolage.


 

En bref

Pour pallier le manque de bornes de recharge et inciter les Américains à continuer à choisir des modèles électriques, des chercheurs de l’université Purdue, dans l’Indiana, ont imaginé une bande de recharge magnétique sur les autoroutes.


L’Œil dans le rétro

Au moment où les Galeries Lafayette accordent une grande part au commerce de seconde main dans le nouvel aménagement de son magasin du boulevard Haussmann, il est bien de se souvenir que l’idée était déjà à l’œuvre il y dix ans, en octobre 2011, au BHV…

Client acteur
Le fait

Les 14 et 15 octobre dernier, le BHV organisait Le Vide Dressing du Bazar permettant à tous les passionnés de mode de venir vendre les tenues et accessoires qu’ils ne portent plus et de repartir avec de nouvelles trouvailles. Les vendeurs pouvaient rédiger une fiche « Mon histoire » racontant une anecdote à propos du produit mis en vente et recevaient des bons d’achat d’une valeur équivalente à leur vente. Les acheteurs bénéficiaient, eux, de conseils en look grâce à un partenariat avec le magazine Biba.

L’analyse

Parfaitement en prise avec l’air du temps, l’initiative du BHV illustre ce qui doit être une des nouvelles ambitions des grands magasins : devenir des lieux d’échanges, effervescents et attractifs autant que des lieux de transactions. En mettant à disposition du public une partie de ses espaces de vente pour qu’il puisse y proposer ses propres vêtements et accessoires, le BHV délaisse en effet momentanément sa raison d’être pour muer en plateforme de ventes et de rencontres… comme un site de e-commerce. Il transforme aussi le rôle de ses clients, qui cessent de n’être que des spectateurs de la mode pour en devenir des acteurs. Une manière de signifier, qu’étonner ses clients en leur offrant de nouvelles possibilités d’expression, peut être, pour une enseigne, une façon de renforcer son identité ?