Skip to content

Pour dynamiser les centres-villes, mettre en scène les savoir-faire qui leur sont associés peut être une solution…

Vu à Romans-sur-Isère

La ville de Romans est connue pour être la capitale de la chaussure. Mais à côté du très officiel Musée International de la Chaussure, installé dans un ancien couvent, s’est récemment ouvert une Cité de la Chaussure… dans un ancien supermarché de centre-ville. Soutenue par le groupe Archer, la Cité de la Chaussure propose à ses visiteurs cinq ateliers de production en activité visitables (sur une surface totale de 1 500m2), une boutique multi-marques de chaussures, exclusivement fabriquées à Romans rassemblant l’essentiel de l’offre locale ainsi que tout ce qui est lié au cuir : maroquinerie, bijoux, accessoires, cordonnerie… Des épiceries et des snacks viennent compléter l’offre ainsi qu’une représentation de l’Office de Tourisme. La visite des ateliers coûte 5€ par personne et donne droit à une remise sur les offres des magasins.

Qu’en penser ?

Alors que les villes de taille moyenne sont nombreuses à souffrir de désaffection, l’initiative de la Cité de la Chaussure vient illustrer qu’un des remèdes possibles à cet état de crise peut consister à mettre en scène l’activité économique pour recréer de l’intérêt commun et redonner vie à la mythologie locale. Ici, il n’est pas seulement question de vendre des chaussures ou des accessoires en cuir à des prix d’usines, mais de valoriser l’ensemble des savoir-faire et des modes de production qui participent au rayonnement de la région. La présence de véritables ateliers que l’on peut voir à l’œuvre vient parfaitement soutenir cette ambition. Le choix d’un ancien supermarché situé en centre-ville est comme une métaphore de la nécessité de se réapproprier l’outil de production face à la toute puissance de la distribution. L’objectif de la Cité de la Chaussure n’est pas de devenir une attraction touristique supplémentaire, ni même (hélas) de créer des milliers d’emplois, mais de permettre à des ateliers artisanaux de niche de coopérer entre eux et d’établir une relation directe avec leurs clients, sans intermédiaires. Entre miroir des traditions et tremplin pour une économie nouvelle, l’alliance de l’économique et du culturel au service de la dynamisation des centres-villes.


En bref

Dans son nouveau magasin de Miami, Walmart propose un système innovant, baptisé « Check Out With Me », consistant à équiper ses employés d’un appareil capable de scanner et d’imprimer le reçu de caisse. Ils peuvent ainsi aller à la rencontre des clients pour encaisser…


En bref

Bouge Ton coQ est une plateforme de financement de projets associatifs soutenue par des « Maires Porteurs » où chacun peut voter pour les projets qu’il souhaite financer.


En bref

Aux Etats-Unis, BMW a récemment testé un système permettant aux propriétaires de certains de ses modèles de commander et de payer leur repas depuis leur véhicule via une application dédiée. Le GPS s’enclenche ensuite automatiquement pour guider le conducteur jusqu’au restaurant.


Le mot du mois

Köpskam : concept suédois qui exprime la honte d’acheter, en particulier des vêtements, à cause de leur impact environnemental. Après le Flygskam, la honte de prendre l’avion, l’écologie s’invite de plus en plus souvent dans l’économie…


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.