Skip to content

Pour inciter les consommateurs au recyclage, pourquoi ne pas en faire une opération de communication ?

Vu sur le net

Pour inciter ses clients à participer au recyclage, Veepee (anciennement Ventes Privées) a imaginé un service baptisé Re-cycle consistant à leur offrir un bon d’achat pour tous vêtements ou accessoires rapportés d’une marque donnée et pour un temps limité. Après Aigle en début d’année, c’était récemment au tour de l’enseigne fétiche des adolescentes, Jennyfer, d’y participer. 2 euros pour un T-shirt de la marque, 4 pour un jean et 6 pour un manteau dans la limite de 5 articles renvoyés par client. Les bons d’achats sont valables jusqu’au 21 mai en magasin et sur le site de la marque. Les vêtements légèrement usés seront remis en circulation sur Veepee Re-cycle tandis que les autres seront recyclés.

Qu’en penser ?

Si toutes les marques de textile souhaitent s’engager dans une politique RSE pour tenter de contrebalancer leur poids dans l’émission de gaz à effet de serre, sa mise en place n’est pas toujours facile, qu’il s’agisse d’organiser le processus de recyclage des produits ou d’alimenter régulièrement leur offre de seconde main. D’où la pertinence de l’initiative de Jennyfer de s’adosser à Veepee. Pour sa maîtrise de la logistique mais aussi pour sa puissance de contacts car le pure-player, qui a déjà organisé des ventes pour la marque, possède ainsi les coordonnées de ceux qui sont susceptibles de remettre leurs vêtements en vente. Mieux : Veepee parvient à donner à ce nouveau service proposé aux marques (non rentable à court terme) un caractère éphémère et événementiel associé à un sentiment de faire une bonne affaire en parfaite cohérence avec la façon de vendre qui est à l’origine de son succès. Une manière de ne pas présenter le recyclage comme une « bonne action citoyenne » mais comme une opération commerciale aussi normale qu’une promotion ou des soldes. Sans doute la meilleure façon de transformer une attitude en comportement…


En bref

Chanel a lancé une application basée sur l’IA permettant d’identifier n’importe quelle nuance de rouge à partir d’une simple photo et de trouver, parmi ses 400 références, le rouge à lèvres lui correspondant le plus.


En bref

Avec l’application Vera, chacun peut constituer facilement son dressing virtuel en photographiant simplement ses vêtements et sans avoir besoin de les décrire. L’application peut ensuite proposer chaque jour trois tenues en fonction de la météo et des vêtements enregistrés.


En bref

Le site StockX propose à chacun de vendre et d’acheter des baskets rares, en édition limitée, « de luxe », anciennes ou récentes, neuves ou d’occasion. Le principe de StockX s’inspire de celui de la Bourse, les sneakers s’échangent comme des actions, avec des cotations qui évoluent en fonction de l’offre et de la demande.


L’attrape Œil

66% des Français s’accordent sur le fait que « consommer et acheter ce qui fait plaisir contribue au bonheur ». C’est 8 points de moins qu’en 2017, constate l’ObSoCo dans ses études. Ce recul peut être attribué à plusieurs facteurs : des foyers fortement équipés qui entrainent une saturation chez les consommateurs – phénomène de peak stuff –, mais aussi un vieillissement de la population. La crise sanitaire aidant, les priorités se sont aussi déplacées… l’envie de picorer le bonheur plus au contact de la nature, des autres ou dans la recherche de la réalisation de soi.