Skip to content

Quand consommation, achat et pédagogie se mêlent, un nouveau modèle de commerce émerge…

Vu à Pigalle 

A Paris, dans le quartier de Pigalle, Le Bar Fondamental est un bar à bières pas comme les autres puisqu’il propose quatre types d’offres. Un bar, bien sûr, avec ses bières « historiques », artisanales (éphémères) et même une bière « surprise ». Mais également une micro-brasserie dans laquelle cette dernière est confectionnée et qui, chaque mardi soir et samedi après-midi, sert de cadre à des ateliers conçus pour initier ses clients à l’art de la brasserie. L’occasion pour ses participants de repartir avec les quinze litres qu’ils auront eux-mêmes fabriqués. Une cave à bières offrant une grande variété de bouteilles et de cannettes à l’achat vient, enfin, judicieusement compléter l’offre.

Qu’en penser ?

Symptomatique d’une époque où chacun tente de sortir de son cadre, Le Bar Fondamental ne se définit pas comme un simple bar préoccupé par l’idée d’assurer une bonne ambiance qui sera à la source de sa réputation et de la fidélité de ses clients, mais comme un lieu artisanal, ludique et participatif où consommation, achat et pédagogie se mêlent. Pendant que les uns sont en train de boire une bière, d’autres en fabriquent juste à coté. La convivialité du lieu se met au service du partage et de la diffusion d’une culture qui viendra ensuite alimenter et soutenir l’envie d’acheter. Ce n’est plus seulement la perspective de passer un moment agréable dans un lieu qui prime, mais celle de ressentir une forme d’appartenance à une communauté. Voilà qui pourrait inspirer de nombreux commerces encore trop fixés sur la seule promesse transactionnelle alors que leurs clients sont en attente de culture et de reconnaissance. Pas tant d’une reconnaissance en tant qu’individus, mais d’une reconnaissance en tant que membres d’une communauté construite autour d’une passion. Ce sentiment d’appartenance n’est à négliger par aucune enseigne car il cumule les avantages : il fidélise, nourrit la curiosité, donne envie de revenir et soutient l’envie d’acheter. De quoi répondre à bon nombre de leurs difficultés actuelles…


En bref

Avec l’application Oui Chef ! il est possible d’entrer en contact avec des chefs étoilés pour leur poser des question (0,99 euro) ou dialoguer avec eux (3 euros).


En bref

Volvo va installer dans ses voitures, dès 2020, des caméras embarquées pour repérer les conduites sous l’influence de l’alcool et les distractions au volant. La vitesse de la voiture sera alors ralentie et le service d’assistance Volvo on Call pourra être alerté.


En bref

A New York vient de s’ouvrir le premier restaurant labellisé « Zero Foodprint » qui ne propose sur sa carte que des viandes et des légumes locaux.


L’attrape œil  

Selon une enquête menée par ReportLinker Insight aux Etats-Unis, la réalité virtuelle ferait moins rêver. Si 76 % des internautes s’avéraient enthousiastes à ce sujet en octobre 2017 et 83 % en janvier 2017, ils ne sont plus que 62 % en ce début d’année 2019. Bien que l’Amérique du Nord soit le plus gros investisseur commercial en matière de RA et de RV fin de 2017, la technologie n’est visiblement plus au premier plan des préoccupations des américains de la middle class. 56 % des américains interrogés, « disent avoir entendu parler de cette technologie mais ne sont pas en mesure de l’expliquer à un ami ».


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.