Skip to content

Quand les robots tendent leur bras (articulé) à la restauration

Vu à Paris

À deux pas du Centre Pompidou, les Parisiens peuvent découvrir Pazzi, la première pizzeria dont le pizzaiolo est un robot capable de préparer, d’enfourner et même de mettre en boites les pizzas. 80 pizzas par heure peuvent ainsi être réalisées, sans personnel mais de qualité puisque tous leurs ingrédients ont été sourcés (AOP, IGP, Bio) et leurs recettes élaborées par le triple champion du monde de pizzas, Thierry Graffagnino. Seul hic, le prix de la machine (500 K€) et le coût de sa maintenance, mais si le système se développe, les prix ne devraient pas manquer de chuter…

Qu’en penser ?

En apparence anecdotique, la pizzeria Pazzi incarne pourtant une des figures possibles de la restauration de demain. Entièrement automatisée, tout d’abord, pour pouvoir répondre à d’éventuelles futures autres crises sanitaires autant qu’aux possibles pénuries de personnel. Innover, c’est souvent réduire. Spectaculaire, ensuite, condition indispensable pour doper la personnalité de l’établissement et provoquer l’adhésion de toutes les générations. Et enfin, associée à une offre sourcée et potentiellement riche en storytelling (petits producteurs, chefs plus ou moins cathodiques) afin de casser l’équation automatisation = qualité dégradée. Pazzi incarne ainsi une nouvelle génération de “vending machine” qui pourrait parfaitement trouver sa place dans notre quotidien, en dépannage ou comme substitut au commerce disparu dans les petites villes avec un bénéfice de spectacle en plus. Mieux encore, elle peut récupérer, au passage, de précieuses données pour améliorer ses recommandations et la gestion de ses stocks. Manqueront toujours les échanges avec les clients, mais qui nous dit, qu’entre l’habitude des livraisons et les crises sanitaires, ceux-ci seront toujours aussi importants ?


En bref

En Belgique, la plateforme de commerce électronique Veepee (ex Ventes privées) a décidé de vendre des produits dont l’emballage est endommagé : plusieurs fois par an, ces « Rescapés » auront ainsi droit à une seconde chance. La première vente de Rescapés a eu lieu du 30 septembre au 6 octobre sous le slogan « L’habit ne fait pas le moine ».


En bref

Carrefour a récemment annoncé son intention de lancer son propre service de livraison en 15 minutes. 1 000 références seraient ainsi proposées. Auchan teste un service similaire à Bordeaux.


En bref

La Camif a décidé d’arrêter la distribution de produits fabriqués en dehors de l’UE, alors que 20% de son chiffre d’affaires en 2020 reposait sur des biens fabriqués en Asie.


Le mot du mois

Nima pour « non issus du monde agricole » désigne les cadres en rupture de ban ou les jeunes diplômés que l’entreprise ne fait plus rêver et qui ont choisi de se tourner vers la terre. On estime que 60% de ceux qui viennent demander une dotation jeune agriculteur (DJA) font partie de ce nouveau bataillon de recrues.