Skip to content

Quand une micro innovation vient nous parler de nous

Vu en France

Coïncidence ou non, les crayons que l’on croyait en voie de disparition réapparaissent sur des marchés où personne ne les attendait. La marque Chanel vient ainsi de lancer une gamme de quatre crayons de parfum à la mine rétractable, à appliquer directement sur la peau et déclinés dans les quatre senteurs de sa ligne Chance destinée aux millennials : Chance, Chance eau fraîche, Chance eau tendre et Chance eau vive. De quoi séduire tous les nomades. Le crayon est aussi à l’origine d’un nouveau geste gustatif imaginé par la bien nommée société OCNI (Objet Comestible Non Identifié) qui l’a repensé sous une forme gélifiée à base d’agar-agar, sans additifs et composé d’aliments en majorité bio. Une fois taillé, ses copeaux permettent d’assaisonner à sa guise et facilement tous les plats. Citron vert, gingembre, ail noir, piment d’Espelette, safran, cèpes ou échalote, ces crayons sont produits à Alès, dans les Cévennes.

Qu’en penser ?

Avec la généralisation des ordinateurs et le développement des réseaux sociaux, on aurait pu penser ne pas revoir les crayons de sitôt. Il est vrai qu’ils ne reviennent pas à l’identique. Pas en bois et en mine graphite pour nous permettre de prendre des notes dans un carnet, mais pour donner vie à de nouveaux gestes. Parfumés ou culinaires. Ce renouveau du crayon ne doit sans doute rien au hasard et il n’est pas interdit de penser qu’il soit même le reflet de quelque chose de notre époque. Car qu’est-ce qu’un crayon, sinon la possibilité qui nous est offerte de nous exprimer spontanément et de donner facilement libre cours à notre imagination ? S’exprimer, oui, mais modestement et de manière créative car il ne s’agit plus de vouloir tout remettre en cause, mais simplement de ré-enchanter notre quotidien et notre environnement proche. D’un petit geste, d’un geste inhabituel, d’un geste en rupture. Pour changer le monde, pourquoi ne pas commencer par intervenir sur ce qui est à notre portée pour l’accorder à nos gouts et à nos désirs ? Comme une manière de venir mettre notre grain de sel dans ce qui a été décidé pour nous. Ludiques, pratiques, créatives discrètes et faciles, voilà clairement définies les conditions que doivent remplir les innovations qui veulent aujourd’hui séduire…


Damart propose depuis peu une application vocale accessible via les enceintes connectées Google Home et les smartphones compatibles avec Google Assistant. L’objectif est d’aider les utilisateurs à trouver un magasin ou la référence la plus pertinente en fonction de la météo, de leur style et de leur activité. Les réponses sont envoyées par SMS.


L’économie circulaire n’a pas de limites puisque le groupe Ford a récemment annoncé qu’il s’associait à McDonald’s pour un projet pilote visant à produire certains composants à partir de déchets de grains de café…


Pour valoriser ses déchets organiques, le supermarché Super U d’Evron (près du Mans) transforme tout ce qui aurait habituellement fini dans les poubelles en compost mis à la disposition de ses clients. Une première en France. Son objectif est d’atteindre le zéro déchet.


L’attrape Œil

Les Français, de grands romantiques. En témoigne la dernière enquête des Zooms de l’Observatoire Cetelem réalisée par Harris Interactive sur le thème de l’amour à l’heure du digital. Ils croient au grand amour (83%), à l’âme sœur (82%), au coup de foudre (80%) et placent la fidélité comme valeur principale du couple (91%). Ce « partenaire particulier » est-il à chercher sur les sites de rencontres ? 49% déclarent qu’ils pourraient y avoir recours… 67% chez les jeunes de 25-34 ans. Et plus d’un tiers (37%) des couples se sont formés ces 2 dernières années via ce type de plateformes…


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre eux.