Skip to content

Une marque n’est pas qu’une relation, elle peut aussi être un lieu

Vu à Miami et à Nantes

Le géant italien du jean, Diesel, s’est récemment associé à un promoteur immobilier (Bel Invest Group) pour lancer son premier complexe résidentiel à Miami. Le bâtiment sera construit dans le quartier piéton de Wynwood, au sud du Miami Design District, et comprendra 143 logements décorés avec des produits signés Diesel Living. Diesel rejoint ainsi le club des marques de mode qui, en Italie, se déclinent en hôtels ou en habitat résidentiel (Giorgio Armani, Versace, Bulgari), mais avec l’ambition d’aller encore plus loin en proposant un concept de logement moderne conçu pour séduire les jeunes générations, tant dans leurs manières de vivre, de travailler, de communiquer sur les réseaux que de s’amuser… En France, lors du dernier salon EquipHotel, l’enseigne Maisons du Monde a annoncé, elle, l’ouverture prochaine de son premier hôtel : un établissement 4 étoiles composé de 47 chambres qui prendra place en plein cœur de Nantes. Comme dans ses magasins, cinq styles différents y seront déclinés pour permettre à ses clients de « se sentir comme à la maison, mais en mieux »…

Qu’en penser ?

Alors que toutes les marques se demandent actuellement jusqu’où elles pourraient aller pour affirmer leur ambition de devenir « style de vie », Diesel et Maison du Monde viennent, chacune à sa façon, apporter leur réponse : en s’incarnant dans des lieux à vivre. Pour Diesel, proposer des appartements est une manière de prouver sa proximité avec les nouvelles générations qui constituent sa cible privilégiée et dont les manières de vivre (et de travailler) ne trouvent pas toujours de quoi se satisfaire dans les modèles existants. Pour Maison du Monde, il s’agit, plus pragmatiquement, d’affirmer son ambition de devenir un acteur de la décoration (et de sortir, ainsi, de son statut de vendeur de meubles et d’accessoires) en proposant des chambres déclinées par styles. Comment ne pas imaginer que, demain, magasins, hôtels et appartements ne finissent pas par se ressembler brouillant au passage nos repères entre ce qui relève du privé et du public ? Ne compte-t-on pas déjà bon nombre d’hôtels qui veulent donner à leurs clients le sentiment d’être chez eux, et de bureaux ou de magasins réinterprétés en appartements ? Demain, un lieu sera de moins en moins souvent associé à un moment, ce qui ne sera pas sans effet sur la manière d’agir des marques qui devront se demander comment en inventer de nouveaux ou renouveler les leurs.


En bref

Le musée d’Art Moderne de la Ville de Paris propose, dans le cadre de son exposition consacrée à Zao Wou-Ki, des visites bien-être permettant d’expérimenter la contemplation d’une œuvre par la relaxation et le lâcher prise avec le Wutao, un art énergétique accessible à tous. Cette expérience se poursuit par la présentation de l’ensemble de l’exposition et se termine par un échange entre les participants.


En bref

Le Parc zoologique de Paris propose depuis peu un programme de parrainage d’espèces menacées permettant d’établir une relation privilégiée avec un de leur représentant : portrait de l’animal, newsletter, carte anniversaire, fond d’écran, invitation à des événements, accès aux coulisses, nom gravé à l’entrée…

Isabelle R. / Distribution France


En bref

VivaHouse est une start-up dédiée à l’installation, dans des centres commerciaux vides, de logements sous forme de modules d’habitation. Le public visé sont les jeunes indépendants avec, pour chaque site, des durées minimales/maximales de séjour. Sa première intervention eu lieu dans un centre commercial londonien abandonné de Bayswater.

Nicolas R. / L’Echangeur


L’attrape Œil

En Angleterre, si 71% des consommateurs apprécient l’idée d’un prêt-à-porter durable, un tiers seulement est prêt à débourser 5 livres supplémentaires tout au plus pour un style plus écologique. 83 % des consommateurs auraient acheté des articles qu’ils n’ont jamais porté et 22.5% d’entre eux ont dans leur garde-robe plus de 10 pièces jamais portées. (Enquête réalisée auprès de 2 000 personnes âgées de 18 à 35 ans par la Fashion Retail Academy.)


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.En Février 2011, Michel Houellebecq faisait déjà l’actualité… jusque dans un magasin…