GettyImages-596783195_V2

11 Vers une économie collaborative

En voiture… mais pas seul !

Entre le covoiturage, propice à la discussion, et le partage d’appartement, synonyme souvent de simple échange de clefs, la différence de pratique et d’opinion est grande pour les seniors. Alors que le premier intéresse 38 % d’entre eux, le second séduit presque deux fois moins (22 %).

8 % des seniors européens disent avoir déjà eu recours au covoiturage (vs 15 % pour leurs cadets). En France, pays où le covoiturage organisé a pris son essor, 15 % des seniors interrogés dans l’Observatoire Cetelem déclarent en avoir fait l’expérience.

Oui à la nouvelle économie

Si le partage de services entre particuliers recueille l’assentiment des seniors européens (62 % d’opinions positives), c’est moins le cas du partage d’appartement (62 % de points de vue négatifs). Cette pratique impose à l’offreur de faire entrer des inconnus au cœur de son intimité. Les seniors y sont-ils prêts ? Pas encore, nous disent-ils.

Les plus de 60 ans sont moins unanimes sur les services de consommation collaborative et de partage que les plus jeunes. 55 % ont une opinion positive des services de consommation collaborative et de partage existants. Ces nouveaux modèles restent donc frappés par un effet générationnel, même si l’usage des plus de 60 ans n’est pas non plus inexistant.

Le décalage Est-Ouest

Les pays du Sud (Espagne, France, Italie et Portugal) ont une opinion bien plus favorable de l’économie collaborative et de partage que la moyenne européenne. Dans ces pays, les différences entre les seniors et leurs cadets sont les plus faibles, signe d’une diffusion large, massive et transgénérationnelle de ces nouveaux modes de consommation. À l’inverse, elle recueille moins de 50 % d’opinions positives au Royaume-Uni et dans les pays d’Europe Centrale et Orientale, bien que sa pratique soit assez répandue en Hongrie et en Roumanie.