Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Partie 1 - I like shopping ! Millennials et magasins : la fracture est loin d’être consommée.

Le regard critique des + de 35 ans

3 minutes de lecture
Temps de crise oblige, il est souvent associé à la jeunesse un certain désenchantement, une certaine forme de résignation. Et le regard porté par leurs aînés ne fait rien pour arranger cette image assez sombre. Heureuse surprise, cette édition de L’Observatoire Cetelem démontre qu’il n’en est rien. Les Millennials composent une génération positive, qui fait preuve d’un enthousiasme lucide, en accord avec une période qui voit l’optimisme partout refleurir.

« Notre jeunesse aime le luxe ; elle est mal élevée ; elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect pour les anciens… Ils ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans la pièce. Ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler ».

Ce jugement lapidaire pourrait presque avoir été rédigé aujourd’hui, par un des + de 35 ans interrogé dans le cadre de L’Observatoire Cetelem de la Consommation 2018. Et pourtant, il a été prononcé il y a de ça plusieurs siècles. Il émane d’un sage parmi les sages, père de la philosophie morale, Socrate, puisque c’est de lui dont il s’agit.

Un jugement très négatif

Il ressort en effet de cette étude que les + de 35 ans portent un regard très sévère sur les Millennials, mettant en exergue le traditionnel fossé générationnel souvent évoqué. Matérialistes (40 %), individualistes (31 %), paresseux (28 %), impatients (29 %), immatures (31 %)… les qualificatifs négatifs abondent, dressant le portrait d’une génération indifférente à la société, repliée sur elle-même, narcissique, dont la pratique du selfie pourrait
être le portrait synthétique le plus pertinent.

 

 

Des compliments timides

De tous les Européens, Hongrois, Slovaques, Roumains et Bulgares se montrent les plus critiques alors que Français, Belges, Allemands et Britanniques font preuve de plus d’indulgence. Comme si le niveau de développement économique avait une incidence directe sur les appréciations. Comme si aussi, la nouvelle génération à l’Est de l’Europe semblait succomber plus que de raison, aux yeux des anciens, aux sirènes du consumérisme.

Au total, 88 % des termes utilisés par les + de 35 ans pour caractériser les Millennials sont négatifs contre seulement 57 % positifs. Il leur est timidement accordé d’être créatif (15 %), ambitieux (15 %) et entreprenant (13 %). Les plus « fortes » louanges proviennent de la Norvège, la Hongrie restant le pays le plus hermétique à voir les Millennials sous un jour positif.

Sous-Partie 1
Une confiance partout affirmée
Enfin ! Les dernières années avaient permis d’enregistrer de légers frémissements. Les résultats de cet Observatoire Cetelem de la Consommation 2018 marquent une confirmation d’un optimisme r
Sous-Partie 3
Happy !
Et les Millennials, que pensent-ils d’eux-mêmes ? Tout le contraire, ou presque, de leurs aînés. 92 % des qualificatifs qu’ils choisissent pour se décrire sont positifs. Avant tout, ils se co