Skip to content

Après acheter bio pour « bien manger », acheter bio pour « se sentir bien »…

Vu à Paris  

L’enseigne Naturalia a récemment inauguré, dans le 15ème arrondissement, son dernier concept de magasin baptisé Naturalia Origines dédié aux médecines douces et à la nature. 1 300 produits y sont proposés, répartis en cinq espaces : compléments alimentaires, herboristerie, aromathérapie, super-aliments et ayurveda. L’agencement du magasin, particulièrement aéré, comprend aussi des espaces, non marchands pour entamer et susciter les discussions et les échanges avec une équipe spécialement formée. Composée de quatre personnes spécialisées dans la médecine douce comme des naturopathes ou des diététiciens, l’équipe propose des consultations, sur rendez-vous, et des ateliers thématiques. Un bar à herbes et infusion est également proposé. Enfin, un plafond végétal (thym, orchidées, basilic), une première en Europe, vient affirmer la personnalité du lieu.

Qu’en penser ?

Enseigne pionnière du bio, Naturalia inaugure aujourd’hui, avec son dernier concept de magasin, une nouvelle phase dans le développement de ce marché. Après les produits bios, portés par des discours centrés sur les origines, les producteurs et leurs modes de production, voire le prix (le bio pour tous), place désormais au bien-être bio. Une réponse stratégique à l’engouement actuel des consommateurs pour les solutions simples, naturelles, « douces », « de toujours », peu coûteuses et éloignées des propositions de l’industrie pharmaceutique… Après « manger bio pour se faire du bien », place au « manger bio pour se sentir bien », reflet de l’évolution des attentes des consommateurs qui suppose une nouvelle attitude de la part des enseignes : ne pas simplement vendre des produits aux origines certifiées, mais accompagner ces ventes de pédagogie comme l’a bien compris ici Naturalia avec ses différents espaces conçus pour délivrer des cours et accueillir des moments de rencontre. L’enseigne qui aide ses clients à aller mieux : quelle plus belle promesse ?


 

En bref

Alors que le fabricant d’aspirateur Dyson veut lancer une voiture électrique haut de gamme, Kalachnikov, le producteur d’armes du fusil d’assaut AK-47 souhaite, lui aussi, concurrencer les constructeurs de voitures électriques. Il a, pour cela, présenté un prototype, le CV-1, au look rétro inspiré d’une voiture soviétique des années 70.

Patricia B. / L’Observatoire Cetelem


En bref

On Va Semer transforme les espaces extérieurs des entreprises en jardins potagers. La start-up propose aussi à leurs salariés des ateliers de jardinage leur permettant de participer à leur entretien.


En bref

Créé en 2012 à New York, le Giving Tuesday fera sa première apparition en France le 27 novembre prochain. Pensé comme un contrepoids au Black Friday, il encourage toutes les formes de dons, le temps d’une journée : argent, temps, en nature… La France devient ainsi le 47ème pays à participer à ce mouvement qui s’internationalise…


En décembre 2005, l’Œil repérait un partenariat original entre une compagnie d’assurance et un grand groupe alimentaire… L’initiative n’a pas été reprise…

Gastro-responsabilité

Le fait

Unilever et la Maaf ont récemment conclu un partenariat visant à offrir une réduction aux détenteurs d’une assurance complémentaire santé souscrite à la Maaf pour tout achat de produits de la gamme Fruit d’Or Pro-activ d’Unilever. Les acheteurs des produits de cette gamme, conçue pour générer une réduction du taux de « mauvais » cholestérol, se verront ainsi offrir des remises de 10, 20 et 40 euros pour 7, 15 et 21 produits achetés, preuves d’achat à l‘appui. Danone et les AGF s’apprêtent à lancer une offre similaire…

L’analyse

Après les réductions offertes par les sociétés d’assurance aux acheteurs de voitures non polluantes, voici les offres destinées à récompenser ceux qui modifient leur alimentation en vue de réduire les risques de maladies. On connaissait le consommateur citoyen, le consommateur éthique ou éco-responsable, on découvre aujourd’hui, par ce rapprochement, innovant autant qu’inattendu, le consommateur « gastro-responsable » censé veiller à la qualité de son alimentation s’il veut voir diminuer le montant de son assurance… Si l’offre de la Maaf et d’Unilever n’est pas sans susciter des interrogations d’ordre éthique (rôle du médecin, efficacité réelle des produits…), elle est surtout révélatrice de l’emprise que cherchent actuellement à exercer les marques sur les consommateurs et, plus spécifiquement, de leur volonté de toujours vouloir suggérer ou récompenser le « bon » comportement. Après la « marque-plaisir », la « marque-morale » ?


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.