03 Grandir ensemble

À mesure de la formidable progression du e-commerce, beaucoup prédisaient la disparition des magasins ou, au mieux, leur transformation en simples entrepôts. Aujourd’hui, même si le e-commerce progresse vite, gagne des parts de marché et contribue principalement à la modeste progression du commerce total, force est de constater que les magasins sont loin d’avoir disparu et, mieux, sont réclamés par les consommateurs.

Pour autant, dans un climat contraint, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne : la fréquentation des centres commerciaux en France a de nouveau reculé en 2012 (- 1,1%, après une baisse de 1,3% en 2011) selon le CNCC*. Virgin a fermé, alors que les Apple Store ne désemplissent pas et que le groupe Inditex, propriétaire entre autres de Zara, a ouvert 482 magasins dans le monde en 2012.

« Vaster, cheaper, quicker » : personne ne pourra lutter contre Internet. Les marques et les distributeurs qui réussissent aujourd’hui à attirer les clients dans leurs magasins l’ont bien compris et ont adapté leurs stratégies en conséquence. Pour ces acteurs, Internet n’est pas un concurrent, c’est un accélérateur de modernisation intégré en surfaces de vente, qui offre de nouvelles possibilités, toujours au service des clients.

Les magasins possèdent par ailleurs deux atouts majeurs qu’Internet ne peut offrir à cette date : l’espace physique, pour exposer les produits et offrir une expérience au consommateur, et la force de vente, pour guider et apporter son expertise aux clients. Toucher, tester, comprendre les produits, voilà ce qui attire encore les consommateurs en magasin, et les enseignes doivent capitaliser dessus pour développer la surface de vente de demain, en intégrant le meilleur des nouvelles technologies.

Alors magasins et Internet, amis pour la vie ? Tout au moins amis, pour l’instant.

* Conseil national des centres commerciaux.