Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Partie 1 - Consommation en Europe : les nouveaux chemins de la confiance

Acheter une marque, le yin et le yang

1 minute de lecture
Il n’en demeure pas moins que la confiance en une marque agit comme un activateur aussi bien positif que négatif de l’acte d’achat.

 

 

Positif pour déclencher l’achat imprévu de 51 % des Européens, avec des Roumains, des Bulgares et des Autrichiens qui céderont plus que les autres à la tentation (respectivement 67 %, 65 % et 63 %). Notons que les Français, et plus encore les Britanniques, savent particulièrement conserver leur self-control (34 % et 23 %).

Négatif pour renoncer à un achat par manque de confiance pour 58 % des personnes interrogées, Portugais, Slovaques et Espagnols se montrant les plus catégoriques (73 %, 70 % et 68 %).
En revanche, la confiance en une marque n’a quasiment pas de prix. 67 % sont prêts à payer plus chers, les Portugais, les Bulgares et les Roumains étant les plus déraisonnables.

 

Sous-Partie 14
Des preuves qui rassurent
Pour faire la différence et engendrer la confiance des consommateurs, les marques ne doivent ni faire dans l’esbroufe, ni afficher des promesses qu’elles ne pourraient pas tenir, mais au contrair
Sous-Partie 16
Recherche d’information : des avis proches qui comptent
Dans la relation de confiance qui se joue entre une marque et ses clients, il apparaît que, là aussi, la proximité et l’intimité jouent un rôle capital.