03 Une stabilité du pouvoir d’achat en trompe-l’œil

Pouvoir d’achat stable… oui mais

Alors que le temps a semblé comme suspendu, avec une mise en parenthèse de l’économie, et plus largement de la vie sociale, la perception d’une stabilité du pouvoir d’achat par les Européens reste presque identique à celle de l’année dernière (Fig. 8 Baromètre). Près d’1 Européen sur 2 témoigne en ce sens (+2 pts). Là encore, aides gouvernementales et baisse de consommation plaident pour expliquer ce résultat. Pour autant, il serait réducteur de s’en tenir à cette seule donnée. 37 % des Européens estiment que leur pouvoir d’achat a baissé, un résultat en hausse de 5 points par rapport à 2020.

 

Fig. 08 Baromètre :

 

Dans tous les pays, un sentiment partagé de dégradation du pouvoir d’achat (Fig. 9 Baromètre), et parfois même dans de très fortes proportions comme en Roumanie (-16 pts), en Pologne (-15 pts), au Portugal ou encore en Slovaquie (-13 pts). Un seul pays se distingue : la France. Souvent critiques pour estimer qu’ils ont de moins en moins les moyens de consommer, alors que les chiffres montrent le contraire, les Français, pour une fois, sont à contre-courant. Sans nul doute, les mesures de chômage partiel, parmi les plus favorables en Europe, contribuent aussi à cet état d’esprit positif.

 

Fig. 09 Baromètre :

 

Sans surprise, la croissance des pays de l’Observatoire Cetelem de la Consommation s’inscrit partout à la baisse (Fig. 10 Baromètre), avec souvent des scores jamais enregistrés depuis la Seconde Guerre mondiale, voire au-delà. Un recul qui est souvent le plus prononcé dans les pays les plus atteints par la COVID-19. Des chiffres qui, de par leur ampleur, indiquent en creux l’impact de la crise sur la consommation.

 

Fig. 10 Baromètre :

 

Une hausse des prix qui pèse moins

7 Européens sur 10 estiment que les prix ont augmenté (Fig. 11 Baromètre). Cependant, ce résultat est en forte régression de 8 points par rapport à l’année précédente, parfois dans des proportions encore plus importantes comme en Suède, au Royaume-Uni et en Allemagne (-20 pts, -14 pts, -13 pts). Seuls les Belges sont plus nombreux qu’en 2019 à penser que les prix ont augmenté (+4 pts).

 

Fig. 11 Baromètre :

 

Plus intéressant, cette impression d’augmentation des prix diminue constamment depuis trois ans dans presque tous les pays (Fig. 12 Baromètre). En 2019, 8 Européens sur 10 alors le pensaient. Les examens des chiffres réels de l’inflation donnent raison au ressenti des Européens. Dans la plupart des pays du Baromètre de l’Observatoire Cetelem, l’inflation est en recul entre 2019 et 2020, avec même une inflation négative dans les trois pays du Sud : l’Italie, l’Espagne et le Portugal.

 

Fig. 12 Baromètre :