Skip to content

Ces papiers cadeaux ensemencés se transforment en fleur une fois déballés

(ETX Daily Up) – Et si cette année vos cadeaux de Noël étaient emballés dans un papier qui se mue en fleur ? C’est l’idée originale d’une entreprise française qui s’est lancée dans le commerce du papier ensemencé. 

Du classique papier journal à l’art du furoshiki, les alternatives au papier cadeau unique et brillant (certes joli, mais désastreux pour l’environnement) sont désormais nombreuses. Certaines entreprises vont encore plus loin dans leur démarche, à l’instar de l’entreprise Papier Fleurs fondée par Franck Bansart, qui propose un emballage « ensemencé » et zéro déchet.

Imaginez le tableau : vous déballez un cadeau et la personne qui vous l’offre vous met en garde : « Ne jette surtout pas le papier ! ». Car l’emballage recèle un secret de fabrication : des graines de fleurs sauvages ou d’herbes aromatiques (pâquerette, gueule de loup, coquelicot, basilic, ciboulette, persil, etc.) ont été ajoutées.

Pour les faire pousser, il suffit de tremper le papier ensemencé dans l’eau toute une nuit puis de le planter dans la terre à deux centimètres de profondeur en arrosant régulièrement. « Les premières pousses devraient émerger au bout de quelques semaines. Une fois la carte offerte, le cadeau déballé ou la décoration décrochée, le papier continue à vivre, sans générer de déchet, égayant les jardins et les intérieurs », promet la marque Papier Fleurs, qui propose toute une gamme de papier ensemencé (carte de vœux, étiquettes cadeaux, décorations à planter, etc). 

Si la tendance de faire pousser des végétaux dans du papier n’est pas nouvelle, elle continue d’être l’objet d’innovations surprenantes. En juin 2020, le botaniste anglais Merlin Sheldrake a défrayé la chronique en faisant pousser des champignons au sein même d’un ouvrage qu’il avait écrit. Le but de cette expérience ? « Dévorer ses propres mots ». Au sens propre, puisque le scientifique a publié une vidéo de sa dégustation des champignons cultivés à travers les pages de son livre. 

L’idée de planter des graines pour « surcycler » s’illustre même dans l’univers du textile. La graphiste designer néerlandaise Marianne de Groot-Pons a par exemple eu la bonne idée de lancer un masque ensemencé et 100% biodégradable. Une fois porté, ce masque de protection baptisé « Marie Bee Bloom » peut être planté dans un jardin ou dans un pot pour donner lieu à un parterre de fleurs. 

(Crédits photo : Papierfleur / Instagram )