Skip to content

La génération Z au cœur de l'économie numérique

(ETX Studio) – La génération Z continue de bouleverser les codes. L’évolution du marché du travail accéléré par la pandémie de la Covid-19 met en avant des nouvelles compétences propres à une génération et une société porté vers le numérique. 

Un rapport commandé par Snapchat et réalisé par Oxford Economics tente de prédire les conséquences de la pandémie sur la génération Z. Pas encore complètement implantés dans le monde du travail, ils sont pourtant des atouts numérique en devenir. Le rapport prévoit que le nombre de personnes de la génération Z en activité triplera et atteindra 87 millions de personnes en 2030.

Les natifs du numériques bientôt moteur de la croissance économique. Pour l’instant encore en périphérie du monde du travail, ils représenteront un tiers de la population active à la fin de la décennie. Le rapport prévoit une augmentation de 250% du revenu moyen pour la génération Z d’ici 2030. Conséquence directe, ils débourseront plus de 3.000 milliards de dollars dans leurs dépenses. 

La pandémie force le monde de l’entreprise à un bouleversement de ses habitudes sur la mobilité au travail. Le rapport met en avant l’accélération de l’automatisation des tâches pour la fin de l’épidémie. En effet, les sorties de crises apportent souvent leur lot d’innovation et de changement durable. Cette augmentation de l’automatisation va permettre à la génération Z d’exposer des compétences propres à elle comme la pensée critique ou la résolution de problèmes. Remettre en question la norme et élaborer des solutions originales sont des qualités qui seront de plus en plus recherchées par les entreprises.

Transformation de la société numérique

La société numérique en plein bouleversement, la génération Z sort du bois pour conquérir les nouveaux marchés. La modification des compétences recherchées correspond mieux à leurs aptitudes. Selon le rapport, en 2030, on passera 16% de temps en moins à utiliser nos compétences physiques ou manuelles et 17% d’heures travaillées en moins à utiliser nos compétences cognitives de base. La génération Z passera beaucoup plus de temps à exploiter ses compétences technologiques, elle va y consacrer 60% de temps en plus par rapport à 2016. Les capacités sociales et émotionnelles vont aussi connaître une intensification de leur volume au travail, +22%.

Toutes ces tendances sembleraient favoriser les compétences naturelles des « digital native ». La génération Z paraît extrêmement bien préparée pour affronter le futur de l’économie numérique sur le marché du travail. À condition de continuer à apprendre et innover.

(Crédits photo : NDAB Creativity / Shutterstock )